Perte nette de 1,35 milliard d'euros au 2e trimestre pour Philips

18/07/11 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Source: Trends-Tendances

Le groupe électronique néerlandais Philips a enregistré au 2e trimestre de cette année une perte nette de 1,35 milliard d'euros, principalement due à des dépréciations d'actifs pour une valeur totale de 1,39 milliard d'euros. Philips a par ailleurs annoncé un programme de rachat d'actions pour une valeur de 2 milliards d'euros.

Perte nette de 1,35 milliard d'euros au 2e trimestre pour Philips

© Belga

Cette perte nette, également due à des "marchés plus faibles", selon Philips, intervient après un bénéfice net de 262 millions d'euros sur la même période de 2010. La révision annuelle des actifs de Philips a entraîné plusieurs "ajustements", menant à des dépréciations pour une valeur totale de 1,39 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires est en hausse sur base annuelle de 4%, à 5,2 milliards d'euros. Le résultat brut d'exploitation (ebita) a perdu plus de 25%, à 370 millions d'euros.

Philips prévoit pour 2013 une croissance annuelle de son chiffre d'affaires de 4 à 6%. La marge bénéficiaire du groupe atteindrait dans ce cas 10 à 12%.

Le groupe a également indiqué vouloir réduire ses coûts à hauteur de 500 millions d'euros, sans donner davantage de détails.

Philips emploie environ 119.000 personnes dans le monde, dont 14.000 aux Pays-Bas, et a réalisé un chiffre d'affaires de 22,3 milliards d'euros en 2010. En Belgique, Philips emploie quelque 3.000 personnes, dont 1.800 sur son site de Turnhout.

Les syndicats surpris par l'ampleur du plan d'économies

Les syndicats FGTB et CSC ont réagi prudemment à l'annonce faite par Philips selon laquelle le groupe électronique néerlandais comptait réaliser des économies à hauteur de 500 millions d'euros. "La situation est visiblement plus sérieuse que ce qui avait été présenté précédemment", estime le secrétaire FGTB Patrick Vanderloven. Les syndicats espèrent qu'il ne sera question que de pertes d'emploi indirectes.

Les délégués syndicaux vont tenter d'obtenir davantage d'information quant au plan auprès de la direction, indique M. Vanderlooven. "Il est pour l'instant essentiellement question de limiter les frais généraux. Il est encore trop tôt pour estimer les conséquences concrètes de ce plan."

Trends.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires