Perquisitions chez Jost - L'UBT appelle les fédérations patronales à agir face au dumping social

08/05/17 à 16:42 - Mise à jour à 16:43

Source: Belga

(Belga) Le syndicat socialiste du transport (UBT) a appelé les fédérations patronales du secteur à prendre leurs responsabilités face au dumping social et à faire le "grand nettoyage". L'un des plus grands acteurs du transport en Belgique, le groupe Jost, a été la cible lundi matin d'une vingtaine de perquisitions menées dans le pays et à l'étranger. Quatre personnes ont été interpellées. Elles sont soupçonnées de fraude sociale, notamment.

Le groupe Jost a été fondé en 1958 à Bullange (province de Liège), selon le site internet de la société. Le siège social est installé au Grand-Duché de Luxembourg depuis 2004. L'historique du groupe mentionne par ailleurs la création de Gotrans en Pologne en 1997 et, 10 ans plus tard, de Skiptrans en Roumanie. Selon le président de l'UBT, Frank Moreels, cité dans un communiqué, Jost possède également "une entreprise (boîte aux lettres) en Slovaquie, à savoir Trans-Union". "Nous avons communiqué aux autorités des informations sur les activités de dumping du groupe", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, la CSC Transcom avait indiqué qu'elle avait dénoncé à plusieurs reprises "des conditions de logement indignes" dans le chef de la société. Concernant la filiale slovaque visée par l'UBT, celle-ci est passée dans le giron de Jost en 2008 lors de l'acquisition du pôle Transport du groupe Weerts, selon le site internet du groupe. Le syndicat socialiste salue les interventions effectuées par les autorités lundi. "Aujourd'hui, la justice est passée à une vitesse supérieure et lance des poursuites contre plusieurs firmes de transport coupables d'avoir fraudé. Nous applaudissons cette initiative. C'est une bonne nouvelle pour les chauffeurs belges, mais aussi pour les entreprises de transport 'loyales'." (Belga)

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires