Pensions à points: la FGTB mobilise un millier de militants et évoque une "victoire"

15/09/17 à 14:00 - Mise à jour à 14:02

Source: Belga

(Belga) Environ 1.200 militants FGTB se sont rassemblés vendredi matin devant le Conseil national du travail, situé avenue de la Joyeuse entrée à Etterbeek, où le Comité national des pensions se penche sur le projet du système à points proposé par le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine.

Des discours, tenus sur un podium, ont appelé à exiger une pension minimum garantie de 1.500 euros et de 75% du salaire perdu. Après le relèvement de l'âge de la pension, le démantèlement des périodes assimilées, le saut d'index, la suppression du bonus pension et la limitation de l'enveloppe bien-être, le syndicat socialiste s'oppose à l'instauration d'un système à points pour les pensions. La FGTB défend que cela remettrait en cause les conditions d'accès et rendrait incertain le montant des pensions. Une délégation syndicale a été reçue. A sa sortie vers 13h, le secrétaire fédéral FGTB Jean-François Tamellini a relevé avec enthousiasme l'influence de l'action sur le Comité. "L'administration estime que mettre en place le système à points coûterait minimum 38 millions et on vient d'investir 16 millions dans le système actuel, qui permet déjà de mettre en place les réformes. C'est coûteux et inutile. Le gouvernement veut pouvoir, en cas d'évolution démographique ou de problèmes budgétaires, geler les pensions pendant plusieurs années. Comme les gens auront moins de pension, ils seront obligés de travailler plus longtemps". "Le président du Comité a dit qu'il était d'accord, pour le prochain bureau du 25 septembre, de discuter de la soutenabilité sur le long terme sans faire référence au système à points, ce qui est une victoire. Il appelle le gouvernement à faire la clarté sur les confusions qui perturbent leurs travaux, notamment sur les chômeurs de plus de 50 ans", a encore souligné Jean-François Tamellini. (Belga)

Nos partenaires