Optima - La condamnation en Espagne liée à l'"expulsion d'occupants illégaux"

23/05/17 à 17:37 - Mise à jour à 17:39

Source: Belga

(Belga) La condamnation en Espagne de l'ancien patron d'Optima Jeroen Piqueur, qui l'a conduit à écoper de quatre mois de prison ferme devant le tribunal correctionnel de Gand pour une vaste fraude fiscale, était la conséquence de l"expulsion d'occupants illégaux d'un bien immobilier", a expliqué M. Piqueur, qui a demandé à ses avocats espagnols le retrait de ces faits de son casier judiciaire.

L'ancien patron de la banque en faillite Optima, Jeroen Piqueur, a été condamné vendredi dernier à une peine de prison ferme de quatre mois pour fraude fiscale. Il n'a pas pu bénéficier du sursis en raison d'une précédente condamnation en Espagne qu'il ignorait, selon lui. "Il a écopé d'une peine d'un an et 9 mois devant le tribunal de Benidorm le 31 juillet 2009", a expliqué le président du tribunal. Cette condamnation a été une surprise tant pour M. Piqueur que son avocat Raf Verstraeten. "Dans le cadre de l'expulsion d'occupants illégaux d'un bien immobilier appartenant à une de mes sociétés, une plainte a été introduite en raison de l'exercice illégal de la contrainte. Cette procédure s'est déroulée en mon absence et a conduit en 2009 à une condamnation à 1 an et 9 mois", explique M. Piqueur. "Cette condamnation ne m'a jamais été communiquée." "Le 24 juillet 2015, le tribunal espagnol, de nouveau sans m'avertir, a constaté que les peines prononcées étaient prescrites et que la responsabilité pénale était donc éteinte. J'ai demandé aux avocats espagnols d'effacer ces faits de mon casier judiciaire. Cela devrait prendre deux semaines. A mon grand regret, je n'étais pas au courant de ce jugement, autrement j'aurais déjà agi en 2015", explique-t-il. Jeroen Piquer a un mois pour faire appel de sa condamnation en Belgique. (Belga)

Nos partenaires