Opel Anvers : "Soyons réalistes, la restructuration est inévitable !" (syndicats)

08/03/10 à 11:24 - Mise à jour à 11:24

Source: Trends-Tendances

Certains syndicats, CSC et CGSLB en tête, jouent désormais la carte du réalisme dans le dossier Opel Anvers. Pour la FGTB, en revanche, un plan social n'est pas à l'ordre du jour : "Nous n'avons pas ni reçu de demande de discuter ni vu de proposition", a déclaré vendredi Rudi Kennes.

Opel Anvers : "Soyons réalistes, la restructuration est inévitable !" (syndicats)

© Epa

"Nous devons être réalistes : bien que nous défendions encore fermement le tout pour l'emploi, une restructuration interviendra d'une façon ou d'une autre chez Opel Anvers, nous devons donc discuter de ce qui pourrait ou ne pourrait pas être fixé dans un plan social", commentait vendredi Eddy De Decker (CSC) à l'issue d'une réunion de concertation.

La CGSLB se dit elle aussi prête à mener des discussions autour d'un plan social. La FGTB reste distante à ce sujet. La porte-parole d'Opel Anvers notait elle, vendredi, une "certaine bonne volonté quant à l'entame de discussions sur un plan social". Celle-ci se ferait en parallèle avec la phase d'information et de consultation en cours actuellement.

Eddy De Decker estime que c'est à la direction qu'il revient d'inviter les syndicats mais ajoute que l'usine n'a pas encore avancé dans la recherche d'une autre solution pour l'embauche : "Il a toujours été dit qu'une restructuration suivrait, même si nous devrions construire des jeeps. C'est pourquoi nous devons parler. Cela devient tout doucement urgent !"

Même son de cloche chez les libéraux de la CGSLB, où Dirk Heyndrickx précise que cela ne signifie pas que les syndicats souhaitent la fermeture de l'usine : "Il n'y a rien de mal à parler d'un plan social. De nombreux travailleurs en sont d'ailleurs demandeurs."

Côté FGTB, enfin, un plan social n'est pas à l'ordre du jour : "Nous n'avons pas ni reçu de demande de discuter ni vu de proposition", déclare Rudi Kennes.

Une délégation syndicale d'Opel Anvers reçue chez Yves Leterme

Une délégation syndicale d'Opel Anvers a été reçue vendredi soir par le Premier ministre, lors d'une réunion qualifiée de positive par Rudi Kennes (FGTB) : "Nous avons convenu de continuer à examiner la situation avec toutes les parties. Le gouvernement flamand prendra l'initiative dans ce contexte, éventuellement épaulé un peu plus activement par le fédéral."

Selon Rudi Kennes, les syndicats ont été satisfaits de recevoir une invitation aussi rapide d'Yves Leterme et les discussions se sont avérées fructueuses. Toujours d'après le syndicaliste, du nouveau est attendu dans les prochains jours dans le dossier. Ce changement devrait venir de la direction européenne d'Opel, a-t-il ajouté, sans toutefois en dire plus.

Dirk Heyndrickx (CGSLB), lui aussi reçu chez Yves Leterme vendredi soir, a indiqué que le plan alternatif élaboré par les syndicats pour Opel Anvers, prévoyant notamment un transfert de la production de la Pologne vers Bochum et de Bochum vers Anvers, serait prochainement rediscuté en concertation avec le comité de pilotage d'Opel et les syndicats des pays concernés. Une réaction de la direction européenne est désormais attendue sur ce plan.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires