"No fail, no gain", quand les entrepreneurs montent sur scène pour partager leurs échecs

21/08/17 à 09:02 - Mise à jour à 09:17
Du Trends-Tendances du 10/08/17

Non pas lors d'une mise au pilori, mais durant des conférences où les chutes et les leçons inspirent la communauté.

" Ce fut un gros coup, psychologiquement. C'était mon bébé depuis presque 10 ans ", confie Gregory Van Ass à propos de Cross-Roads, une de ses anciennes sociétés. Une entreprise de consultance informatique, de développement de sites web et d'applications mobiles. En faillite, elle a dû arrêter ses activités en juin 2013. " C'était un des projets qui me tenaient à coeur et qui meurt d'une façon peu agréable, poursuit-il. Le jour où j'ai été au tribunal de commerce pour déposer le bilan, j'avais l'impression que je me rendais à une exécution capitale. " Cet entrepreneur avait heureusement plusieurs sociétés à son actif. Malgré les pertes financières engendrées par sa faillite, il rebondit très vite en poursuivant ses missions de consultance pour plusieurs grandes entreprises. De cet échec, il en a tiré une source d'inspiration et plusieurs leçons (lire l'encadré " Ce qui est intéressant, c'est ce qui se passe après l'échec " plus bas).
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires