Nestlé vise des emballages plus durables, Greenpeace crie au 'greenwashing'

13/04/18 à 14:41 - Mise à jour à 14:40

Nestlé, la plus grosse entreprise de l'industrie alimentaire dans le monde, s'engage à passer aux emballages 100 % recyclables ou réutilisables à l'horizon 2025. Mais l'organisation environnementale Greenpeace n'est pas dupe.

Nestlé vise des emballages plus durables, Greenpeace crie au 'greenwashing'

Déchets plastiques © istock

Nestlé a fait part de son ambition dans un communiqué de presse et devient ainsi l'un des derniers grands fabricants de produits alimentaires à vouloir passer à des matériaux d'emballage plus durables dans un avenir proche. La société affirme vouloir ainsi lutter notamment contre la pollution par le plastique.

Partager

Les déchets plastiques sont l'un des plus grands défis liés au développement durable que le monde connaisse actuellement - Mark Schneider, CEO de Nestlé

"Les déchets plastiques sont l'un des plus grands défis liés au développement durable que le monde connaisse actuellement", déclare Mark Schneider, CEO de Nestlé. "Nous nous engageons à trouver des solutions afin de réduire, réutiliser et recycler nos emballages. Notre ambition est de parvenir à des emballages 100 % recyclables ou réutilisables à l'horizon 2025."

Nestlé se focalise sur trois piliers : éliminer les plastiques non recyclables, encourager l'utilisation de plastiques qui offrent de meilleurs taux de recyclage et éliminer ou modifier les combinaisons complexes de matériaux d'emballage.

Greenwashing

Une annonce jugée ambiguë par l'organisation environnementale Greenpeace, qui estime qu'il s'agit d'un nouvel exemple de greenwashing et d'une démarche insuffisante pour s'attaquer à une crise dont Nestlé est en partie responsable.

"Ce n'est pas de cette manière que l'on réduit le plastique à usage unique. La plus grosse entreprise de l'industrie alimentaire dans le monde applique des normes incroyablement basses", affirme Graham Forbes de Greenpeace.

Nestlé ne poursuit pas d'objectifs concrets et sa déclaration se base principalement sur une ambition de faire mieux tout en reportant la responsabilité du nettoyage des déchets plastiques sur les consommateurs plutôt que sur l'entreprise elle-même, d'après Graham Forbes.

Greenpeace estime que Nestlé devrait se concentrer davantage sur la réduction et, à terme, l'élimination progressive du plastique jetable. "Son engagement en faveur du recyclage ne rend pas nos océans, nos cours d'eau et notre environnement plus propres. Au contraire, l'entreprise aggrave la pollution plastique en maintenant le statu quo."

Traduction : virginie·dupont·sprl

Nos partenaires