Mitsubishi n'est pas le premier à quitter l'Europe

06/02/12 à 07:43 - Mise à jour à 07:43

Source: Trends-Tendances

Mitsubishi cessera sa production de véhicules en Europe occidentale après 2012. Cela signifie, pour les 300 Belges actifs sur le site de l'usine Nedcar aux Pays-Bas, un plan social. Le constructeur nippon n'est toutefois pas le premier à fermer ses usines dans l'UE.

Mitsubishi n'est pas le premier à quitter l'Europe

Mitsubishi arrêtera la production en Europe occidentale après 2012

Mitsubishi Motors a annoncé lundi qu'il cesserait sa production de véhicules en Europe occidentale, sur le site de l'usine Nedcar à Born (Pays-Bas), après 2012. Le constructeur automobile japonais a souligné qu'il travaillait avec les autorités locales afin que ce site du Limbourg néerlandais, où travaillent 1.500 personnes, dont des Belges, puisse continuer de produire pour d'autres constructeurs.

Confirmant des informations divulguées quelques heures plus tôt par la presse, Mitsubishi Motors a souligné que la conjoncture en Europe ne permettait pas de continuer d'y fabriquer des automobiles : "Il n'est pas viable de lancer la production d'un nouveau modèle à Nedcar" à partir de 2013, a expliqué le groupe nippon dans un communiqué.

Mitsubishi continuera de couvrir l'Europe... depuis la Thaïlande et le Japon

Nedcar assemble les modèles Colt (citadine) et Outlander (4x4) du constructeur nippon mais cessera d'ici à la fin de l'année. Ex-coentreprise de Mitsubishi Motors, du constructeur d'automobile suédois Volvo et du gouvernement néerlandais, Nedcar est devenue, en 2001, une filiale à 100 % de Mitsubishi Motors. Depuis juillet 2006, la production de son usine de Born est exclusivement dédiée à sa maison-mère. Dès avant l'annonce de lundi, Nedcar étudiait déjà les moyens de mieux utiliser les capacités de production du site au service d'autres entreprises.

Mitsubishi Motors a reconnu que "le statut de Nedcar à partir de 2013 (n'était) pas fixé", évoquant le lancement immédiat de "discussions entre les parties concernées", à savoir la direction de Nedcar, son syndicat de salariés, son conseil de l'emploi et le gouvernement néerlandais.

Le constructeur nippon, assurant que "le marché européen reste important pour lui", prévoit d'approvisionner le Vieux Continent depuis la Thaïlande et le Japon.

Mitsubishi, 2e constructeur auto nippon à quitter l'Europe de l'Ouest, après Daihatsu

Mitsubishi Motors est le deuxième constructeur automobile japonais à décider la fin de la production en Europe occidentale, après Daihatsu, filiale de Toyota spécialisée dans les petites voitures de moins de 660 cc.

En Europe hors Union européenne, le groupe continuera de produire uniquement en Russie, à Kalouga, où il exploite une usine conjointement avec son partenaire français PSA Peugeot Citroën. Mitsubishi Motors y produit son 4x4 Outlander.

Lors des trois premiers trimestres de son année budgétaire en cours (avril 2011-mars 2012), les ventes de Mitsubishi Motors ont stagné en Europe, où le marché de l'automobile subit le contrecoup des difficultés économiques, alors qu'elles ont augmenté dans la plupart des autres régions du monde, notamment en Asie du Sud-Est.

Mitsubishi : plan social pour les 300 Belges de Nedcar

Les quelque 300 Belges qui travaillent chez Nedcar à Born mèneront des actions cette semaine afin de bénéficier d'un plan social correct. "Aux Pays-Bas, les bases d'un plan social sont déjà sur les rails, nous allons désormais en négocier les détails", a déclaré Bob Vanlaecke, qui défend au nom de la CSC les intérêts des travailleurs belges de l'usine néerlandaise.

"Cette décision était dans l'air depuis des mois, mais nous sommes choqués de l'apprendre par la presse avant même le début du conseil d'entreprise, indique-t-il encore. En Belgique, ce serait légalement impossible." Pour le représentant du syndicat chrétien, une grève n'est "absolument pas exclue".

Bob Vanlaecke espère par ailleurs que certains emplois pourront être sauvés : "C'est une entreprise qui a des possibilités et, ces dernières années, elle marchait vraiment bien."

Mitsubishi arrête sa production en Europe : une "catastrophe" pour les syndicats

La fermeture de l'usine NedCar est une "catastrophe" pour la région du Limbourg néerlandais, a indiqué le principal syndicat de l'entreprise. "Cette usine de voiture était la seule des Pays-Bas, un véritable joyau, sa fermeture est une catastrophe", a déclaré à l'AFP Henk van Rees, un des responsables du syndicat FNV Bondgenoten, auquel adhèrent 800 à 900 des 1.500 salariés de NedCar.

"Dans cette région des Pays-Bas où le chômage est élevé, il sera extrêmement difficile pour les employés de retrouver du travail, a ajouté le syndicaliste, soutenant que les fournisseurs de NedCar "subiront également les conséquences de la fermeture."

La direction de l'entreprise a autorisé lundi les salariés à rester chez eux jusqu'à jeudi pour "digérer l'annonce qui leur a été faite aujourd'hui", a encore précisé Henk van Rees, selon lequel une manifestation est prévue mardi devant l'usine.

Trends.be, avec Belga

Mitsubishi arrête sa production en Europe : pas d'impact sur le marché belge

L'arrêt de la production sur le site de Nedcar n'aura pas d'impact sur le marché belge, a assuré la porte-parole de Mitsubishi Belgique : "Nous avons enregistré un bon mois de janvier et nous sommes satisfaits du Salon de l'Auto. Nous ne nous attendons pas à ce que la décision touchant le site de Born ait des conséquences importantes pour notre marché."

Selon Mitsubishi Belgique, il est toutefois possible que des modifications interviennent en ce qui concerne les délais de livraison, "mais nous attendons des informations complémentaires du Japon."

En savoir plus sur:

Nos partenaires