Mentir à ses collègues sur ses activités du week-end, c'est tendance

25/05/15 à 14:55 - Mise à jour à 14:54

Source: Le Vif

Enjoliver le récit de son week-end, voire carrément s'inventer de folles aventures pour faire bonne figure devant ses collègues, cela vous est peut-être déjà arrivé. Et bien rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul.

Mentir à ses collègues sur ses activités du week-end, c'est tendance

Certains s'inventent un week-end avec des dauphins... © istock

Chaque lundi, autour de la machine à café, c'est le même rituel : tout le monde raconte son week-end. Il y a celui qui est parti à l'étranger, celui qui a trop fait la fête, ou celui qui s'est bien dépensé dans une folle randonnée. Et puis il y a vous. Dont l'activité la plus palpitante de ces deux derniers jours n'est autre qu'un dîner chez les beaux-parents. Ou le visionnage de la finale de Top Chef. Il est donc grand temps de déculpabiliser, car il se pourrait bien que vos collègues aient menti, et qu'ils aient passé un week-end tout aussi ennuyant que le vôtre. C'est du moins ce que révèle une enquête réalisée par Last Minute en collaboration avec One Poll.

Un week-end sur les réseaux sociaux

Un Britannique sur cinq, par exemple, mentiraient sur leurs occupations dominicales. Non seulement à leurs collègues, mais aussi à leurs amis, via les réseaux sociaux. Sur cent millions de posts publiés en 48 heures sur ces sites, quatre millions seraient des mensonges relatifs aux activités de leur week-end. Un phénomène largement amplifié par le fait que les Britanniques passeraient plus de temps les vendredis et samedis sur les réseaux sociaux que dans un pub ou à faire l'amour. Un quart d'entre eux y posterait 5 actualités ou plus. Les autres pays européens ne sont pas en reste. Les autres pays européens ne sont pas en reste. Un Français sur dix mentirait, tout comme 17% des Italiens, 21% des Espagnols et... 29% des Allemands.

Mais sur quels sujets portent principalement les mensonges? Parmi les Pinocchios britanniques, ils seraient 24% à prétendre avoir voyagé loin de chez eux, 20% à dire avoir assisté ou participé à un show TV. Plus étonnant encore, 19% prétendent avoir nagé avec un dauphin, 16% avoir escaladé des montagnes, 14% être sorti avec des célébrités. En France, 5% disent avoir sauvé une vie tandis que 9% s'inventeraient des conquêtes. Moins courants, mais encore plus loufoques, certains diraient qu'ils ont trouvé un squelette de dinosaures, ou encore, ont rencontré leur patron sur une plage nudiste. Moins folichon, d'autres raconteraient avoir passé le week-end à travailler, peut-être dans le but de faire culpabiliser ses partenaires de bureau.

Les jeunes, ces menteurs

Les jeunes âgés de 18 à 24 ans seraient les plus susceptibles d'inventer ce genre d'aventures d'après l'étude de Last Minute. A l'inverse, les plus de 45 ans se montreraient plutôt honnêtes. Et si les femmes sont plus nombreuses à envier les autres, ce sont les hommes qui mentiraient le plus.

Mais alors, pourquoi ment-on sur nos week-ends ? D'abord, parce qu'il nous semblerait bien moins intéressants que ceux de notre entourage, dans 38% des cas. Ensuite, parce que l'on souhaiterait éviter que les autres nous trouvent ennuyant, ou découvrent que nous n'avons pas beaucoup d'amis. Enfin, ce serait aussi pour ne pas se sentir exclu, et entretenir la conversation avec ses collègues.

Interrogé par Last Minute, Judi James, un spécialiste du comportement, explique qu'avec "l'importance croissante que jouent les médias sociaux dans notre vie, il semblerait que nous vivions une vie en ligne et une autre dans la réalité". Seulement à force de mentir sur ces réseaux, les gens trouveraient de plus en plus que leurs week-ends sont d'un ennui mortel comparé à celui des autres : un véritable cercle vicieux...

En savoir plus sur:

Nos partenaires