Menace de grève suspendue chez Brussels Airlines

18/12/13 à 17:51 - Mise à jour à 17:51

Source: Trends-Tendances

La menace de grève au sein de la compagnie aérienne Brussels Airlines est momentanément suspendue. La délégation des pilotes a décidé mercredi, à l'unanimité, de ne pas mener d'actions tant que les négociations avec la direction sont en cours, soit au moins jusqu'après la période des fêtes de fin d'année, ont indiqué mercredi plusieurs sources syndicales.

Menace de grève suspendue chez Brussels Airlines

© IMAGEGLOBE

Les tensions se sont apaisées grâce à l'intervention lundi du président de la compagnie, Etienne Davignon. Celui-ci a en effet promis une nouvelle fois que les pilotes de plus de 58 ans pourront continuer à travailler et ne seront donc pas obligés de prendre leur pensions.

Les négociations sur les autres points (heures supplémentaires, pension, etc), seront progressivement menées en janvier et février. Ces dernières semaines, la négociation sociale sur les économies parmi les pilotes était tendue. Après une grève de plusieurs jours en novembre, les syndicats et la direction avaient conclu un accord provisoire début décembre, qui comprenait notamment la promesse que les pilotes âgés de plus de 58 ans pourraient continuer à travailler. Mais quelques jours plus tard, la méfiance était de nouveau de mise et les syndicats avaient décidé de s'adresser directement aux actionnaires de l'entreprise. Une rencontre a eu lieu lundi avec le président Etienne Davignon, alors qu'un tract menaçant de nouvelles actions circulait parmi le personnel.

Ces menaces sont aujourd'hui levées, ont confirmé Olivier Van Camp (BBTK-SETCa) et Paul Buekenhout (LBC-CNE). "On a décidé à l'unanimité de ne mener aucune action ou grève tant que les négociations se poursuivent", expliquent-ils.

Pour les plus de 58 ans, une solution a donc été trouvée. La direction a jusqu'au 15 janvier pour rédiger une proposition sur les heures supplémentaires. Les autres points de discussion, comme les pensions, seront abordés ensuite. Le médiateur social a déjà fixé au 15 mars la date limite pour un accord global.

Nos partenaires