Lufthansa : abus de position dominante en Belgique ?

14/04/11 à 14:25 - Mise à jour à 14:25

Source: Trends-Tendances

Les agents de voyage dénoncent une "série d'anomalies" dans l'attitude de Lufthansa, dont la position dominante en Belgique est "incontestable". Ils envisagent de faire appel au Conseil de la concurrence, voire à la Commission européenne.

Lufthansa : abus de position dominante en Belgique ?

© Epa

Les agents de voyage réunis au sein de la Belgian Travel Organisation accusent la compagnie aérienne Lufthansa d'abus de position dominante sur notre marché. "Nous avons pris cette décision de principe, indique Bernard Tuyttens (BTO). Nous allons prendre des mesures mais nous savons pas encore si nous introduirons le dossier devant le Conseil de la concurrence ou auprès de la Commission européenne. Nous allons compiler toutes les données."

On ignore encore quand la plainte sera déposée mais cela devrait se faire à court terme, selon Bernard Tuyttens, dont l'organisation représente des agents de voyage comme Joker, Jetair ou Connections mais aussi des spécialistes des voyages d'affaires comme Carlson Wagonlit Travel et American Express. En 2010, son chiffre d'affaires commun s'élevait à 1,6 milliards d'euros.

Lufthansa n'est pas seulement la seule compagnie allemande présente à Zaventem : elle possède 45 % des actions de Brussels Airlines et dispose d'une option d'achat pour la totalité des actions restantes. Lufthansa a racheté récemment Austian Airlines, Swiss et BMI, rappelle la BTO.

"De plus, elle possède un poids et une autorité plus que considérable au sein de la Star Alliance, peut-on lire dans le communiqué de l'organisation. L'importance et l'ampleur de Star Alliance à l'aéroport Brussels Airport peuvent être démontrées d'une façon simple : elle seule représente plus que 50 % de tous les vols de ligne qui arrivent et partent de l'aéroport national. De plus, Lufthansa exerce un monopole sur certaines routes."

"L'attitude de Lufthansa montre déjà une série d'anomalies", selon la BTO

Ce n'est pas sain pour une économie de marché normale et performante, estime la BTO. En outre, "l'attitude de la compagnie aérienne montre déjà une série d'anomalies. Après les rachats divers, le réseau de routes a été optimalisé. Ceci a engendré une réduction de l'offre pour les clients et a ouvert le chemin à des hausses de prix considérables. C'est d'ores et déjà le cas sur les routes vers Genève et Vienne."

Depuis un certain temps, la BTO remarque "une différence de prix considérable pour des routes comparables (en ce qui concerne la distance) entre, d'une part, celles qui tombent sous le monopole de Lufthansa et, d'autre part, celles où il existe une concurrence avec d'autres compagnies. Une relation d'affaires normale est devenue quasi impossible à cause de sa position dominante."

Cela explique pourquoi, selon l'organisation belge, "les conditions de collaboration avec Lufthansa sont devenues très difficiles pour les membres de la BTO dans leur travail journalier. Car, dans certains cas, cela les empêche de pouvoir proposer les meilleures solutions de voyage à leurs clients alors qu'une agence de voyages ou une société de travel management est, par définition, censée offrir la meilleure formule de voyage au meilleur prix."

Trends.be

Nos partenaires