Les vraies raisons de la déroute de Delhaize

22/09/17 à 11:29 - Mise à jour à 11:29
Du Trends-Tendances du 21/09/17

En remerciant Denis Knoops, dernier CEO belge de la chaîne au lion, la direction néerlandaise du nouveau groupe fusionné Ahold Delhaize envoie un signal clair: elle compte bien prendre définitivement la main sur ses activités belges, dont les résultats laissent à désirer depuis plusieurs années. Pendant ce temps, la tension monte en interne. Mais comment la machine a-t-elle déraillé ?

L'annonce n'a pas vraiment surpris dans le petit monde du retail. Denis Knoops lui-même se savait sur un siège éjectable. C'est que depuis son arrivée à la tête de Delhaize Belgique en juin 2014, quelques jours seulement après l'annonce d'un vaste plan de restructuration, les résultats de l'enseigne au lion ne sont jamais parvenus à décoller. Si bien qu'aujourd'hui, notre pays fait figure de vilain petit canard dans les comptes du nouveau groupe fusionné Ahold Delhaize. Au second trimestre, les ventes des magasins intégrés ont encore reculé de 4 % quand la marge opérationnelle se rétractait de 0,4 à 2,5 %. Plus inquiétant encore : la baisse de la rentabilité. L'excédent brut d'exploitation affiche en effet un recul de 6,8 %, et certains analystes pointent même un repli de la part de marché au profit, essentiellement, de discounters comme Colruyt, Aldi ou Lidl.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires