Les syndicats "peu convaincus" de leur rencontre avec le ministre des Finances

23/05/16 à 16:50 - Mise à jour à 16:50

Source: Belga

(Belga) Le front commun syndical du SPF Finances s'est invité, ce lundi après-midi, au cabinet du ministre des Finances Johan Van Overtveldt. A l'origine de son mécontentement: les mutations de fonctionnaires qui ne sont plus organisées sur base de l'ancienneté et plus généralement le manque de personnel qui menace l'accomplissement de sa mission de service public.

"Nous n'avons pas obtenu de réponse favorable de la part du ministre qui a toutefois promis de nous revoir dans 2 ou 3 semaines", a expliqué Aubry Mairiaux, responsable de l'UNSP, secteur Finances. "Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont connus depuis des mois. Et une nouvelle fois, nous avons été écoutés mais nous ne sommes pas certains d'avoir été entendus", a-t-il ajouté. Selon les syndicats, le SPF Finances est soumis à une réduction drastique de ses effectifs depuis de nombreuses années, le nombre de fonctionnaires ayant chuté de près de 31.700 en 2006 à 24.350 aujourd'hui, soit un recul de 23% en 10 ans. Parallèlement, le nombre d'implantations du SPF Finances est passé de 456 en 2010 à 232 en 2015 et ne devrait plus atteindre que 172 en 2018 alors que le nombre de villes où le SPF sera présent en 2018 s'élèvera pour sa part à 88 (contre 196 en 2010). "Avec 100 personnes, on ne peut pas faire le travail de 200 sans faire exploser la charge de travail. A un moment, les missions du SPF Finances ne pourront plus être assurées" alors que les fonctionnaires du secteur rapportent plus à l'Etat que le coût de leur salaire, a pour sa part déclaré Roland Vansaingele (CGSP Amio). Dans l'attente d'une nouvelle rencontre avec les autorités, le front commun syndical peaufine en tout cas son plan d'actions, prévu jusqu'à la fin du mois de juin. "Le 30 juin est pour nous le délai ultime, qui correspond également au dernier jour de rentrée des déclarations d'impôt papier. Nous pourrions préparer une surprise à cette occasion", a encore averti Aubry Mairiaux, sans en dire davantage. (Belga)

Nos partenaires