Les questionnaires médicaux des assurances ne respectent pas la vie privée

11/08/16 à 12:14 - Mise à jour à 12:14

Source: Belga

(Belga) Trop de questionnaires médicaux destinés aux souscripteurs d'une assurance solde restant dû ne respectent pas la vie privée, dénonce Test-Achats jeudi. L'objectif de ces formulaires est de déterminer le risque de décès du client, mais les questions vont souvent trop loin, selon l'organisation de défense des consommateurs.

"Souffrez-vous d'angoisse?", "Avez-vous déjà souffert d'une cystite?", "Suivez-vous ou avez-vous suivi un traitement kinésithérapeutique, homéopathique ou psychothérapeutique?"... Test-Achats a analysé une dizaine de questionnaires médicaux en matière d'assurance solde restant-dû, fréquemment obligatoire pour obtenir un crédit hypothécaire. Pour Test-Achats, certaines questions posées sont imprécises et excessives et ne portent pas sur un facteur aggravant en tant que tel le risque de décès. Elles violent donc le droit au respect de la vie privée, selon l'organisation. En outre, peu de compagnies respectent la confidentialité des données et il arrive que les informations médicales soient transmises à d'autres sociétés, pointe Test-Achats. L'organisation de défense des consommateurs a adressé une mise en demeure à la dizaine de compagnies d'assurance dont les questionnaires ont été analysés, assure-t-elle. Elles ont quinze jours pour se mettre en conformité, sans quoi Test-Achats envisage de saisir la justice. (Belga)

Nos partenaires