Les producteurs de boeuf 'blanc bleu belge' misent désormais sur l'exportation

18/08/15 à 20:11 - Mise à jour à 20:11

Source: Belga

L'exportation vers les pays hors-Europe comme le Moyen-Orient ou le bassin méditerranéen constituent de nouveaux débouchés pour le secteur de la viande bovine, confronté à une baisse de la consommation en Belgique et à une compétition accrue à la suite de l'embargo russe. Critiqué chez nous, le blanc bleu belge (BBB) est très apprécié dans ces pays.

Les producteurs de boeuf 'blanc bleu belge' misent désormais sur l'exportation

© Belga

Le Liban, l'Algérie, la Turquie ou encore le Maroc pourraient bien devenir le nouvel eldorado des éleveurs et producteurs belges de BBB.

"Le taux de change actuel rend l'euro attractif, ce qui facilite les exportations", explique Benoît Cassart, secrétaire général de la Fédération nationale du commerce de bétail et viande (FNCB). "La qualité du BBB est en outre très recherchée à l'étranger, où cette race rime avec produit de luxe."

Critiquée en Belgique pour son manque de goût, elle donne de la viande maigre et tendre. "Le BBB est plus cher au kilo, mais une carcasse porte un grand pourcentage de pièces nobles que l'on peut valoriser. Ce n'est pas le cas pour des races plus fortes en goût, mais dont la majorité des pièces finissent dans des hamburgers car trop dures."

Au Liban ou dans les pays méditerranéens, le BBB est donc destiné à des marchés de niche haut de gamme. "C'est la stratégie à adopter. Dans le segment des produits standards, ce n'est pas tenable", explique Benoît Cassart. La concurrence y est en effet beaucoup plus rude.

"La Belgique est pratiquement le seul pays à pouvoir fournir de la viande culard (animaux comportant plus de muscle et moins de graisse dont la viande est moins grasse et tendre, ndlr)", indique Benoit Jaco, éleveur de bestiaux qui débute mercredi une exportation vers le Liban. Les producteurs belges ont donc l'occasion de répondre à une demande spécifique et de "faire du nombre".

Pour lui, les autres pays du Moyen-Orient seront la prochaine étape. "L'objectif est de pouvoir exporter aussi des produits transformés afin de mobiliser de la main d'oeuvre ici et de réaliser une plus-value."

En savoir plus sur:

Nos partenaires