Les paiements électroniques sans contact n'ont pas encore conquis les Belges

14/06/17 à 12:12 - Mise à jour à 12:14

Source: Belga

(Belga) Les paiements électroniques sans contact concernent moins d'1% des transactions effectuées actuellement en Belgique, a indiqué mercredi l'opérateur de paiement électronique Worldline lors d'une conférence de presse à Bruxelles. L'entreprise, qui fournit le système Bancontact, espère équiper l'entièreté des commerçants de la technologie sans contact d'ici la fin de l'année.

Le paiement sans contact, appelé aussi technologie NFC pour Near Field Communication (communication dans un champ proche), fonctionne en approchant sa carte de paiement du terminal sans que celle-ci ne doive être introduite dans l'appareil. Mais, pour cela, tant l'appareil que la carte doivent être équipés de la technologie. Worldline a commencé en 2013 à introduire sur le marché belge ses terminaux nouvelle génération permettant le paiement NFC et le paiement classique. Actuellement, la moitié des commerçants sont équipés de ces appareils. L'opérateur espère atteindre les 100% d'ici la fin de l'année. "Cette technologie est très populaire dans les pays nordiques ou dans certains pays de l'Est", a indiqué Eric Spapens, directeur du marketing pour Worldline Belgique. Aux Pays-Bas, 25% des paiements électroniques se font sans contact et pas moins de 70% en République tchèque, selon l'opérateur de paiement électronique. "En Belgique, ces paiements NFC concernent moins d'1% des transactions. Il y a encore de la marge et cela devrait s'accélérer dans les mois à venir." KBC, CBC, ING et Beobank ont commencé à distribuer à leurs clients des cartes permettant ce type de paiements, selon Worldline. Cette technologie est principalement conçue pour les petits montants, puisque le nombre de paiements et le montant sont plafonnés pour éviter les problèmes, en cas de vol notamment. (Belga)

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires