Les magasins BHS coulent, jusqu'à 11.000 emplois en perdition

03/06/16 à 11:28 - Mise à jour à 11:27

Source: Afp

La chaîne de grands magasins britanniques BHS, fondée en 1928, va mettre la clef sous la porte faute de repreneur, laissant sur le carreau ses 8.000 salariés et mettant en danger l'emploi de 3.000 autres personnes.

Les magasins BHS coulent, jusqu'à 11.000 emplois en perdition

© Reuters

Les 163 magasins vont progressivement fermer leurs portes dans les prochaines semaines, ont annoncé les administrateurs judiciaires du cabinet Duff & Phelps dans un communiqué.

Quelque 8.000 emplois directs devraient en conséquence être supprimés tandis que 3.000 personnes extérieures à l'entreprise mais travaillant actuellement dans les magasins BHS risquent de perdre également leur travail.

L'enseigne avait été placée sous administration judiciaire fin avril en raison de ses problèmes financiers mais il n'a pas été possible de trouver un repreneur crédible, affirme Duff & Phelps.

"De multiples offres ont été reçues mais aucune n'a permis de finaliser un accord en raison des fonds qui étaient nécessaires pour assurer un avenir à l'entreprise", selon les administrateurs.

La chaîne, née dans le quartier londonien de Brixton, avait été rachetée l'an dernier par l'homme d'affaire Dominic Chappell pour une livre symbolique auprès du groupe Arcadia, qui possède notamment l'enseigne à succès Topshop du milliardaire Philip Green.

Mais l'entrepreneur n'est pas parvenu à redresser la barre de BHS lourdement endetté et dont les clients sont séduits par d'autres concurrents meilleurs marché ou plus à la mode.

A moins d'un improbable sauvetage de dernière minute, la chute de BHS représentera la plus grosse faillite au Royaume-Uni dans le secteur depuis celle de Woolworths en 2008.

"Le commerce de centre-ville est en plein changement et, en cette période turbulente pour les détaillants, BHS est la dernière victime en date des mouvements sismiques auxquels nous assistons", a commenté Philip Duffy, du cabinet Duff & Phelps.

BHS a subi la concurrence d'enseignes très bon marché comme Primark mais aussi du renouvellement des collections de ses concurrents milieu de gamme tel que Debenhams, ou encore de la vente sur internet. Le groupe a aussi pâti du développement dans le secteur de l'habillement des grandes chaînes de supermarchés présentes au Royaume-Uni, comme Tesco ou Asda.

1,3 milliard de livres de dette

L'agence de presse Press Association a rapporté qu'un magasin avait tiré le rideau de fer sitôt la nouvelle connue, les clients se voyant priés de quitter l'établissement dont les employés ont appris l'information d'abord par la bouche d'un journaliste. "Les dirigeants ne nous disent rien, ils sont juste assis dans leur bureau", a expliqué un salarié qui n'a pas souhaiter donner son nom.

Dave Gill, représentant du syndicat Usdaw, a qualifié cette fermeture de "coup dévastateur pour le personnel (dont) l'onde de choc va être ressentie dans tout le pays", dans un communiqué transmis à l'AFP. "Les anciens propriétaires de l'activité doivent répondre à des questions cruciales: comment une entreprise forte de décennies d'expérience dans la distribution a-t-elle pu en arriver à cette triste fin ?", a-t-il ajouté.

Les deux derniers propriétaires de BHS doivent être auditionnés prochainement au Parlement et M. Green, notamment, pourrait devoir s'expliquier sur un dividende de 400 millions de livres versé à sa famille pendant la quinzaine d'années où il possédait l'enseigne.

La dette totale du groupe s'élève à 1,3 milliard de livres (1,7 milliard d'euros), y compris 571 millions de livres pour son seul fonds de pension dont les difficultés ont constitué un obstacle pour les repreneurs.

BHS "est une entreprise qui est déconnectée des goûts du consommateur moderne" et à laquelle il a manqué de l'argent "pour entreprendre les changements majeurs nécessaires", a estimé Neil Saunders, directeur général du cabinet Conlumino, spécialisé dans la distribution.

Le groupe attirait encore quelque 13,4% des acheteurs de vêtements dans le pays il y a 15 ans et tenait alors 2,3% de parts du marché. Ces données sont tombées en 2015 à respectivement 8,2% et 1,4%, a souligné Conlumino.

En savoir plus sur:

Nos partenaires