Les fonctionnaires de l'inspection sociale protestent contre leur intégration à l'ONSS

16/12/16 à 16:53 - Mise à jour à 16:56

Source: Belga

(Belga) A l'issue d'une nouvelle assemblée générale vendredi en fin de matinée, une cinquantaine de membres du personnel de la Direction générale de l'Inspection sociale du SPF Sécurité sociale se sont rassemblés devant la Tour Finto à Bruxelles pour protester contre la décision du gouvernement d'intégrer leur service à l'Office national de sécurité sociale (ONSS).

La CGSP-AMIO a envoyé vendredi matin un courrier à l'Organisation internationale du Travail (OIT) pour demander à contrôler la légalité de la décision du gouvernement envers les engagements internationaux de la Belgique. Le syndicat vise notamment à clarifier la protection de l'indépendance des contrôleurs. A l'assemblée générale, il a été décidé de réaliser début 2017 un grand contrôle au niveau national, ciblé sur un secteur d'activité, pour avertir les employeurs des fraudes. Les travailleurs souhaitent à travers cette initiative montrer l'inefficacité du "coaching" souhaité par le secrétaire d'État Philippe De Backer. Lors du rassemblement de vendredi, les fonctionnaires de l'inspection ont déposé leurs casques et leurs brassards à leurs pieds et se sont assis bras croisés devant la Tour Finto, sur le boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles. Cette chorégraphie se voulait un geste d'adieu et soulignait le ralentissement actuel de leurs activités. Les personnes mobilisées voient dans l'intégration à l'ONSS le démantèlement d'un service efficace, notamment dans la lutte contre la fraude sociale des employeurs. Christian Draguet, président CGSP-AMIO Bruxelles, constate que, dans certains départements régionaux et une partie de Bruxelles où l'intégration est effective, les contrôles prévus ne sont déjà plus effectués: "L'inspection sociale sert en principe à permettre au marché du travail d'exister avec une saine concurrence dans le respect des règles existantes pour que les cotisations sociales soient versées. Elles servent à payer les pensions, les indemnités de maladie, les pécules de vacances... Nous ne sommes pas des cowboys avec des carnets pour noter les infractions des employeurs." (Belga)

Nos partenaires