Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/11/14 à 11:18 - Mise à jour à 16:48

Les constructeurs automobiles sont en plein régime minceur

Les constructeurs automobile cherchent à s'alléger car au fil du temps, les voitures ont pris du poids, au point qu'aujourd'hui, seules les citadines pèsent moins d'une tonne. Si cette tendance à l'embonpoint existe dans le secteur automobile, c'est qu'à force d'augmenter les normes de sécurité, de suréquiper les habitacles, les voitures risquent de voir leur poids augmenter d'année en année. Sans oublier que demain, les voitures seront connectées et intégreront des tablettes tactiles.

Les constructeurs automobiles sont en plein régime minceur

© Belga

Mais cette tendance au surpoids n'est plus à la mode car avec le durcissement des réglementations sur les rejets de CO2, les constructeurs auto doivent maigrir à tout prix ! Et ce pour atteindre un rejet de C02 de 95 grammes par kilomètre d'ici à 2021, ils n'ont pas le choix : l'allégement des voitures est un must !

Mais pour le secteur automobile comme pour l'être humain, l'allégement des voitures, c'est comme un régime : les premiers kilos sont faciles à perdre, mais c'est plus compliqué après !

Partager

Les constructeurs automobiles sont en plein régime minceur, la tendance au surpoids des autos n'est plus à la mode.

Le journal Les Echos nous en donne un exemple : pour stopper l'inflation des câbles qui envahissent nos voitures, certains constructeurs tentent de remplacer le bon vieux cuivre par l'aluminium. Des firmes comme Toyota, BMW mais aussi PSA travaillent sur le sujet. Mais ce qui rend très difficile ce travail, c'est la faible conductivité de l'aluminium par rapport au cuivre !

Et puis si à motorisation équivalente, le poids des nouveaux modèles de voitures est sensiblement en baisse, de l'ordre de 5 à 15%, encore faut-il que le prix catalogue reste raisonnable aux yeux des automobilistes car les véhicules allégés coûtent souvent plus chers... Comme le font remarquer Les Echos, l'échec de l'Audi A2, sortie des usines en 2000, est d'ailleurs encore dans la mémoire des constructeurs. A l'époque, cette voiture avait été jugée trop chère malgré sa structure en aluminium.

Oui, les constructeurs jouent la carte de l'allégement, car ils n'ont pas le choix en raison des contraintes écologiques, mais ce régime, ils le font tout en douceur.

Nos partenaires