Les Belges et leurs entreprises publiques : une relation d'amour-haine

06/12/10 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Trends-Tendances

Les Belges répugnent à voir leurs entreprises publiques privatisées... mais se montrent très critiques pour ce qui concerne la qualité de leurs services et de leurs dirigeants, ressort-il lundi d'une étude menée par Ernst & Young dans 24 pays.

Les Belges et leurs entreprises publiques : une relation d'amour-haine

© Belga

Quelque 68 % des Belges pensent qu'il est de l'intérêt d'un pays que les grands secteurs industriels soient contrôlés par les pouvoirs publics. Dans le contexte de la tendance croissante à la privatisation dans des secteurs comme les transports publics et les services postaux, il apparaît que les Belges comptent parmi les plus conservateurs. Pas moins de 73 % d'entre eux pensent que les services postaux doivent être assurés par les pouvoirs publics.

Pour ce qui concerne le maintien des transports publics dans le giron de l'Etat, la Belgique affiche un score de 77 %. Le seul secteur où les Belges estiment que les autorités n'ont pas vraiment de rôle à jouer est l'industrie pharmaceutique.

Si les Belges sont ouverts à une initiative publique d'assez grande ampleur, ils sont cependant 62 % à penser que les entreprises publiques sont moins efficaces que les entreprises privées. Les Belges sont encore plus critiques lorsqu'ils sont interrogés sur la qualité des dirigeants des entreprises publiques : à peine 14 % des sondés sont d'avis qu'ils sont meilleurs que ceux des entreprises privées.

"Peut-être cette attitude critique des Belges est-elle due au fait que 90 % d'entre eux sont d'avis que les entreprises publiques sont trop influencées par la politique", avance Ernst & Young.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires