"Les acquisitions chinoises en Europe se poursuivent, mais à un niveau normal"

18/07/17 à 10:08 - Mise à jour à 10:08

Source: Belga

Après une année record en 2016, les investissements chinois en Europe reculent à nouveau. Au 1er semestre 2017, le nombre de rachats, prises de participation ou fusions s'est établi à 117, contre 176 à la même période de l'année précédente et 133 au 2e semestre 2016.

"Les acquisitions chinoises en Europe se poursuivent, mais à un niveau normal"

Image d'illustration © Reuters

En volume, ces transactions ont atteint 26,3 milliards de dollars (environ 22,84 milliards d'euros) au premier semestre 2017, indique le cabinet d'audit et de conseil EY dans une étude publiée mardi. Même si ce montant est le deuxième plus important sur un semestre, il est presque trois fois inférieur à celui enregistré à la même période de l'année précédente (73 milliards).

"Les acquisitions chinoises en Europe se poursuivent, mais les activités reviennent lentement à un niveau normal", note Ronald Sauser, responsable du secteur fusions et acquisitions chez EY.

Selon lui, les entreprises chinoises examinent beaucoup plus attentivement les cibles potentielles et les investissements spéculatifs semblent faire partie du passé.

Sur un an, les activités de fusion-acquisition des firmes chinoises se sont repliées sur presque tous les marchés. Elles sont passées de 35 à 25 en Allemagne, de 27 à 24 en Grande-Bretagne et de 18 à 12 en Italie.

En nombre de transactions, l'Allemagne occupe toujours la première place en Europe, même si l'écart se réduit avec la Grande-Bretagne, qui a même dépassé l'Allemagne en volume. Celui-ci est passé de 2,7 milliards à 15,8 milliards de dollars sur un an.

Cette énorme hausse est toutefois à mettre au compte de l'acquisition de la plate-forme logistique Logicor, filiale de Blackstone, par le fonds étatique China Investment Corporation. Le montant de cette opération - la plus importante en Europe au premier semestre - est d'environ 13,7 milliards de dollars.

Les entreprises industrielles suscitent en particulier l'appétit chinois, avec 41 rachats en Europe. Les entreprises technologiques (18 acquisitions) et les sociétés financières (16) sont également convoitées.

Nos partenaires