Leonidas se cherche à nouveau un patron

15/05/13 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Trends-Tendances

Un an à peine après son arrivée à la tête du chocolatier bruxellois, Robert Torck remet son tablier. En désaccord avec les actionnaires grecs de la société, il quittera l'entreprise à la fin juin.

Leonidas se cherche à nouveau un patron

© Belga

C'est une surprise. Arrivé comme nouveau directeur général de Leonidas en avril 2012 pour relancer la marque de pralines, Robert Torck a déjà remis sa démission, annoncent nos confrères de L'Echo. Contacté par nos soins, ce dernier nous a confirmé l'information depuis Singapour où il assiste à un salon du duty free pour Leonidas. C'était un des relais de croissance qu'il voulait développer pour booster les ventes à l'international de la marque belge qui fête cette année son 100ème anniversaire. "J'ai remis ma démission il y a trois semaines au conseil d'administration mais je dirige Leonidas encore jusqu'à la fin juin. A partir de septembre, je relèverais d'autres défis dans une autre entreprise basée à l'étranger", nous a-t-il déclaré sans vouloir en dire plus.

Mais pourquoi partir si vite alors qu'il avait lancé diverses initiatives porteuses pour l'entreprise, comme il l'avait confié à Trends-Tendances dans l'interview publiée le 11 avril dernier? Visiblement, Robert Torck était en désaccord avec la famille grecque du fondateur Leonidas Kestekides, toujours actionnaire à 100 % de l'entreprise. Il n'est pas le seul. Depuis que la famille a décidé de confier les rênes de la société à des patrons extérieurs en 2004, pas moins de six directeurs ont défilé à la barre.

Ses projets de modernisation vont-ils continuer ?

Homme de marketing confirmé, il a occupé des postes de direction chez Unilever, Beiersdorf, Campina, Tabacofina, bpost, Lorenz Snack World, Robert Tork avait reçu, nous avait-il confié, un budget "très important" pour donner un coup de jeune à Leonidas.

Il avait notamment lancé, à côté de la vente en vrac, des paquets préemballés à l'instar de ses concurrents. Une extension de la gamme censée permettre à la marque bruxelloise de faire son entrée dans les aéroports internationaux.

Pour regagner des parts de marché en France où le fabricant de pralines a souffert de la percée de Jeff de Bruges (Neuhaus), le directeur voulait accélérer le déploiement du nouveau concept de boutique dans les centres commerciaux.

En Belgique, pour conquérir de nouveaux clients, les boutiques ont été relookées dans un style plus design.

Enfin, Robert Torck avait annoncé le lancement d'une chaîne de "Leonidas Café" pour renforcer son image de marque. Le premier devait être inauguré d'ici la fin de l'année. Le départ de Robert Torck ne devrait toutefois pas remettre ce projet en question, nous a confié l'intéressé.

Sandrine Vandendooren

En savoir plus sur:

Nos partenaires