Le Venezuela s'invite à une réunion du Mercosur, dont il est suspendu

14/12/16 à 23:24 - Mise à jour à 23:25

Source: Belga

(Belga) La ministre vénézuélienne des Affaires étrangères Delcy Rodriguez s'est invitée de force mercredi à une réunion extraordinaire à Buenos Aires du Mercosur, le principal bloc économique sud-américain dont Caracas a été suspendu pour ne pas respecter les valeurs démocratiques.

La manoeuvre n'a toutefois pas empêché l'Argentine de prendre la présidence tournante du Mercosur, en remplacement du Venezuela, a annoncé la ministre argentine des Affaires étrangères, Susana Malcorra. Sur Twitter, Delcy Rodriguez a immédiatement contre-attaqué, réaffirmant que Caracas gardait malgré tout cette présidence. Même si elle n'était pas conviée à cette réunion, la ministre avait fait le déplacement à Buenos Aires, publiant sur Twitter une photo d'elle au sein du ministère argentin des Affaires étrangères où se réunissait le Mercosur. "Ces présidents (des pays membres du Mercosur, Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay, ndlr) insistent pour que le Venezuela ne participe pas. Eh bien nous entrerons par la fenêtre car nous sommes venus ici pour défendre les droits du Venezuela et défendre aussi les droits du Mercosur", avait déclaré la ministre lors d'une conférence de presse à l'entrée du ministère. Elle n'a toutefois pas pu se réunir avec ses homologues des autres pays membres, qui ont tenu leur rencontre dans une autre salle et ne l'ont donc pas croisée. Le Venezuela a été suspendu temporairement début décembre du Mercosur, qui reproche notamment au gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro de ne pas respecter les valeurs démocratiques. La sanction est liée au conflit politique interne agitant le pays sud-américain où l'opposition de centre droit, majoritaire au Parlement, cherche à obtenir le départ anticipé de M. Maduro, très impopulaire dans un contexte de grave crise économique. Elle est aussi le reflet de l'évolution du panorama politique en Amérique du sud, où des gouvernements libéraux et de centre droit sont arrivés au pouvoir récemment, notamment en Argentine avec Mauricio Macri et au Brésil avec Michel Temer. "C'est un complot", a dénoncé mercredi Delcy Rodriguez, affirmant être venue pour "défendre l'intégrité du Mercosur". La réunion extraordinaire du Mercosur à Buenos Aires devait débattre justement de la situation régionale délicate créée par la crise au Venezuela et des avancées vers un accord commercial avec l'Union européenne. (Belga)

TrendsInformation Services

Nos partenaires