Le suédois Ericsson va supprimer 1550 emplois

07/11/12 à 14:33 - Mise à jour à 14:33

Source: Trends-Tendances

Pour redresser ses bénéfices, l'équipementier télécoms a annoncé un plan de restructuration qui conduira à la suppression de 9% de ses effectifs en Suède, dont la majorité dans la division réseaux.

Le suédois Ericsson va supprimer 1550 emplois

L'équipementier télécoms suédois Ericsson a annoncé mercredi un plan de 1550 suppressions d'emplois en Suède, afin de redresser ses bénéfices. Ericsson a indiqué dans un communiqué que les suppressions d'emplois concerneraient "tous les métiers, y compris commerciaux, les services généraux et administratifs, la recherche et développement, les achats et livraisons".

"En chiffres absolus, la majorité des suppressions d'emplois auront lieu dans la division réseaux d'Ericsson", même si "toutes les parties de l'entreprise en Suède sont dans une certaine mesure touchées", a expliqué le groupe.

Les suppressions d'emplois représentent environ 9% des effectifs du groupe en Suède (17 768 personnes au 30 septembre) et 1,5% du total de ses salariés dans le monde (109 214 à la même date). Ericsson ne s'est pas fixé d'échéance précise. "Les négociations avec les représentants du personnel sur la manière de gérer les licenciements ont commencé, et il est prévu qu'en mars 2013 tous les salariés seront informés", a-t-il indiqué. Par ailleurs, "le nombre de consultants et de salariés temporaires sera également considérablement réduit", a précisé Ericsson.

Le groupe avait indiqué la veille aux investisseurs qu'il allait prendre des mesures pour améliorer sa rentabilité, qui a baissé avec la signature de contrats offrant peu de marge dans le but de gagner des parts de marché.

"C'est naturellement une annonce difficile pour nos employés en Suède", a commenté Tomas Qvist, à la tête des ressources humaines du groupe. "Nous devons être certains de pouvoir continuer à mener notre stratégie pour maintenir notre leadership, investir dans la R&D et répondre aux besoins de nos clients", a-t-il ajouté dans le communiqué.

En savoir plus sur:

Nos partenaires