"Le self-made-man est dépassé"

23/11/15 à 15:51 - Mise à jour à 15:51

La succession est et reste un virage difficile à négocier pour les entreprises familiales qui sont le moteur et la force de l'économie belge. "L'esprit d'entreprise et le leadership sont beaucoup plus développés chez la génération actuelle que chez celle d'il y a 10 ou 15 ans", constate Nikolaas Tahon, numéro un de Deloitte Accountancy Belgique.

Roger De Clerck est décédé fin octobre à l'âge de 91 ans. L'Ouest-Flandrien a bâti un véritable empire textile international à partir de rien. "Roger De Clerck est un de ces entrepreneurs emblématiques qui s'est lancé dans les affaires au lendemain de la guerre, l'exemple même du self-made-man devenu légendaire pour avoir construit de toutes pièces une entreprise ultra solide", constate Nikolaas Tahon, managing partner du consultant et fournisseur de services financiers Deloitte Accountancy Belgium. "Nous en sommes aujourd'hui à la deuxième, voire la troisième génération. Les successions familiales échouées ont fait couler beaucoup plus d'encre que les successions réussies. Pourtant, bon nombre d'entreprises familiales continuent à prospérer. Elles emploient 500 à 3.000 personnes et sont toujours gérées par des membres de la famille. Certaines ont acquis une dimension internationale, d'autres dominent le marché dans leur secteur. La Belgique compte des champions dont on ne parle pas assez, de véritables perles rares."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires