Le secteur public en mal de politique RH

10/12/10 à 15:27 - Mise à jour à 15:27

Source: Trends-Tendances

Un tiers des employeurs du secteur public n'ont même pas l'ébauche d'une politique développée du personnel, déplore la CSC Services-Publics, qui livre ses idées pour faire évoluer les mentalités.

Le secteur public en mal de politique RH

© Thinkstock

Un tiers des employeurs du secteur public n'ont même pas l'ébauche d'une politique développée du personnel. Avec 50 lignes de force, le syndicat CSC Services-Publics veut faire bouger les choses dans le domaine au cours des cinq prochaines années, est-il ressorti jeudi d'un congrès. Le syndicat veut entre autres s'attaquer au harcèlement au travail, maintenir un recrutement statutaire et proposer une alternative au travail temporaire.

Quelque 500 délégués de la CSC Services-Publics ont fixé jeudi, à Gand, les lignes de force pour les cinq prochaines années. Le congrès avait pour thème : "A la recherche de l'employeur attractif".

Le syndicat souhaite que, d'ici 2015, au moins tous les employeurs "aient réalisé une ébauche pour une politique développée du personnel". Il veut agir pour des "employeurs attractifs", avec notamment une politique du personnel transparente, des possibilités de carrière intéressantes, un maintien garanti du recrutement et une bonne diversité.

Concrètement, l'attention sera par exemple portée sur le harcèlement au travail, une problématique qui se pose davantage dans les services publics qu'ailleurs. La législation relative au harcèlement au travail doit déjà être améliorée, selon la CSC Services-Publics. Les employeurs doivent également prendre des mesures contre les problèmes d'agression à l'encontre du personnel.

La CSC Services-Publics donne également la priorité au recrutement statutaire : "Nous avons constaté que, dans certains secteurs, la proportion de l'embauche temporaire a augmenté ces dernières années. Nous souhaitons renverser cette tendance." Comme alternative au travail temporaire, le syndicat suggère "un pool de membres du personnel qui peuvent se porter garants pour des remplacements temporaires."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires