Le scandale Volkswagen, une tempête qui va faire des vagues

22/09/15 à 14:54 - Mise à jour à 16:53

La crise Volkswagen sur les tests de mesures des gaz polluants trafiqués aux Etats-Unis a des répercussions jusqu'en Europe. Le gouvernement allemand a demandé une enquête sur les pratiques du secteur en Allemagne, et celle-ci risque bien de faire du bruit.

Le scandale Volkswagen, une tempête qui va faire des vagues

© Reuters

Volkswagen n'a pas savouré longtemps sa place de numéro un mondial, décrochée au premier semestre 2015 quand le groupe allemand avait dépassé Toyota. Aujourd'hui, les nuages s'accumulent. Après le soucis sur le marché chinois qui souffre, voici le scandale des mesures de consommation et d'émissions de gaz polluants aux Etats-Unis. Volkswagen est accusé d'avoir mis en place un logiciel dans des modèles turbo-diesel VW et Audi pour adoucir les émissions pendant les tests officiels. L'accusation, qui n'est pas rejetée par le groupe VW, pourrait mener à une amende de 18 milliards de dollars. L'action VW a chuté de 20% rien que le 21 septembre.

La crise va avoir un impact en Europe. Le gouvernement allemand demande une enquête sur les constructeurs du pays pour vérifier si ce type de pratique est en usage de ce côté de l'Atlantique. Elle va peser dans le bras de fer opposant la Commission européenne au secteur auto sur l'adoption de règles de mesures des émissions et de la consommation plus réalistes à partir de 2017.

Des tests contestés en Europe

Les tests actuels sont controversés. Les voitures peuvent être "optimisées" et les protocoles sont éloignés de la réalité. Personne ne peut réaliser la consommation affichée par les constructeurs. Pour le magazine Auto Plus, qui a réalisé des tests sur un millier de voitures, l'écart de consommation se situe en moyenne à deux litres aux 100 km. Aux Etats-Unis, la consommation est mesurée selon une procédure plus proche de la réalité. Le scandale VW déforce la position des constructeurs.

Fisc

Effet indirect: des soucis fiscaux potentiels pourraient frapper les automobilistes. Les taxes auto sont de plus en plus basées sur un taux de CO2 qui pourrait être revu à la hausse.

Pour VW, qui a provisionné 6,5 milliards d'euros, la facture sera élevée. L'amende n'atteindra sans doute pas les 18 milliards de dollars, qui sont un maximum, mais pourrait se chiffrer en milliards. Il y aura des frais de rappels et des procès. Plus une réputation entachée.

Mais avec un matelas de liquidité de plus de 21 milliards d'euros, le groupe VW a en principe les moyens d'affronter la tempête.

En savoir plus sur:

Nos partenaires