Le Premier ministre promet de rester engagé "jusqu'au dernier jour de la législature"

08/01/18 à 23:20 - Mise à jour à 23:21

Source: Belga

(Belga) Le Premier ministre Charles Michel a rappelé son engagement lundi soir lors de la réception de nouvel an de l'union des entreprises flamandes (Voka) auprès du gouvernement fédéral. "Je m'engage fermement et clairement à travailler au renforcement de notre économie chaque semaine et chaque jour, jusqu'à la fin de la législature en 2019", a-t-il déclaré lors de l'évènement organisé à Bozar, à Bruxelles.

Avec cette déclaration, le Premier ministre semble définitivement souhaiter enterrer la polémique autour du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken. Alors que plusieurs personnalités politiques ont demandé la démission de M. Francken à la suite de la polémique créée autour de mauvais traitements subis par des Soudanais après leur rapatriement, le patron de la N-VA, Bart De Wever, a menacé le gouvernement du départ de son parti si Theo Francken devait être poussé vers la sortie. La tempête semblait s'être calmée lundi: le président du CD&V, Wouter Beke, a souligné que le limogeage de Francken n'était pas à l'ordre du jour et qu'il y avait "suffisamment de confiance pour exécuter l'accord de gouvernement". La présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, a quant à elle déclaré que le gouvernement Michel avait fourni de l'excellent travail: "nous poursuivons notre travail. C'est ce que la population attend de nous", a-t-elle fait savoir. Le Premier ministre, lui-même, a donc fait savoir qu'il poursuivrait les efforts jusqu'à la fin de la législature. "Vous devez vous placer au-dessus des turbulences", a pour sa part indiqué le Voka. "Notre position au niveau concurrentiel s'est déjà améliorée, mais il est extrêmement important que le gouvernement puisse terminer son travail", selon le président de l'union des entreprises flamandes, Paul Kumpen. "Le gouvernement fédéral et le gouvernement flamand ont encore une année importante durant laquelle leur politique actuelle doit être poursuivie", a affirmé l'administrateur délégué du Voka, Hans Maertens. Le Voka a présenté un plan en cinq points afin de réformer le marché du travail. La plupart des propositions sont déjà connues. Le Voka plaide pour un nouveau statut, entre employés et indépendants. Mais aussi pour une carrière plus longue, y compris en abolissant les augmentations salariales barémiques. L'organisation réclame également toujours des mesures pour une meilleure mobilité de la main-d'?uvre entre les différentes régions. (Belga)

Nos partenaires