Le pouvoir d'achat de plus de 420.000 employés en hausse de 1,1% à partir d'octobre

02/06/17 à 11:34 - Mise à jour à 11:33

Source: Belga

Environ 420.000 employés dans plus de 50.000 entreprises obtiendront une hausse de leur pouvoir d'achat de 1,1% à partir du 1er octobre.

Le pouvoir d'achat de plus de 420.000 employés en hausse de 1,1% à partir d'octobre

© Getty Images/iStockphoto

Les syndicats et les employeurs ressortissant à la Commission paritaire auxiliaire pour employés (CP 200) ont conclu un projet d'accord pour la période 2017-2018, ont confirmé plusieurs sources à l'agence Belga. Le texte doit encore être approuvé par la base.

Le projet d'accord respecte la marge maximale fixée dans l'accord interprofessionnel (AIP) signé par le Groupe des 10.

Il prévoit une augmentation des salaires de 1,1% à partir du 1er octobre. L'employeur peut également opter pour une autre augmentation du pouvoir d'achat équivalente, qui doit être conclue avec la délégation syndicale pour le 30 septembre.

Erwin De Deyn du SETCa - BBTK s'attend à ce que la grande majorité des entreprises choisisse l'augmentation salariale, comme par le passé. "Un autre choix doit de toute façon correspondre au 1,1% d'augmentation", précise-t-il.

L'accord contient également la prolongation des régimes de chômage avec complément d'entreprise (RCC) et des emplois d'atterrissage. Le droit au crédit-temps à temps plein ou à mi-temps avec motif (prendre soin de son enfant de moins de 8 ans, soins palliatifs, membre du ménage ou de la famille souffrant d'une maladie grave, octroyer des soins à son enfant handicapé de moins de 21 ans) est fixé à un maximum de 51 mois pour les employés avec au moins 5 ans d'ancienneté, contre 48 mois précédemment. Les autres régimes concernant les crédits-temps dans le secteur sont prolongés jusqu'au 30 juin 2019.

Les employés ont par ailleurs toujours droit à deux jours de formation mais les partenaires sociaux ont déjà entamé des discussions pour les prochaines années. "Il s'agit d'un débat fondamental", ajoute Erwin De Deyn. "Nous devons tenir compte des nouvelles évolutions sur le marché de l'emploi."

Nos partenaires