Le phénomène Vespa décrypté

12/01/12 à 10:16 - Mise à jour à 10:15

Source: Trends-Tendances

Les marques Vespa et Piaggio sont arrivées en tête des immatriculations de deux-roues de plus de 50 cc en 2011, détrônant ainsi Honda, resté n° 1 pendant des années. Comment expliquer ce succès ?

Le phénomène Vespa décrypté

Une marque culte

La première Vespa est sortie d'usine en 1946. Elle se voulait un moyen de locomotion bon marché pour le grand public, dans une Italie encore marquée par les affres de la Seconde Guerre mondiale. Son nom signifie "guêpe" en italien, un insecte auquel les premiers scooters de Piaggio étaient comparés en raison de leur silhouette gracile et de leur forme bombée à l'arrière.

Numéro un

Les marques Vespa et Piaggio, de la firme éponyme, sont arrivées en tête des immatriculations de deux-roues de plus de 50 cc en 2011, détrônant ainsi Honda, resté numéro un pendant des années. Piaggio peut en effet se prévaloir de 4.276 immatriculations sur la période allant de janvier à novembre 2011, selon la Fédération belge de l'automobile et du cycle (Febiac). La firme, qui a augmenté ses ventes de 60 % depuis 2006, détient aujourd'hui 17,6 % du marché total. De plus, il faut noter que ces chiffres ne reprennent pas tous les modèles de Vespa, les moins puissantes ne devant pas encore être immatriculées (cela viendra en 2013).

Une tendance durable

Le succès des deux-roues s'explique par une législation souple, tout d'abord. Il suffit en effet de posséder le permis de conduire B depuis deux ans pour conduire une motocyclette de 125 cc ou un scooter, si celui-ci ne dépasse pas 15 CV. Par ailleurs, les embouteillages et la congestion du trafic urbain incitent aussi les usagers de la route à opter pour le scooter. Et puis, il y a la crise : le scooter est une alternative à la seconde voiture. Ces raisons valent cependant pour toutes les marques. Mais la Vespa se démarque de par son originalité et son coefficient italien élevé. "Avec la Vespa, on se sent un peu en vacances", soutient la trend watcher Nathalie Bekx, de chez Bekx & X.

Un symbole de la mode

Au cours de son existence, la Vespa a naturellement changé d'apparence, mais sa base est restée la même depuis 1946. Ce n'est que sous le carénage que l'un ou l'autre élément a été modifié. "La marque a un côté branché. Elle est belle et fonctionnelle ; or, c'est précisément la définition du design. Mais la Vespa est également rétro : elle fait penser aux années 1960, où tout le monde vivait un peu mieux. C'est la même chose pour une voiture comme la Fiat 500", explique Nathalie Bekx.

Les clones

Certaines marques originaires d'Inde et d'Extrême-Orient jouent sans vergogne sur le look Vespa en commercialisant des copies (pratiquement conformes) dont les noms ont des consonances italiennes. Neco, qui s'est hissé dans le top 10 des immatriculations, propose la Borsalino ou encore l'Abruzzi. Razzo Scooters, seizième au classement, distribue la Milano et la Venice. LML, quinzième au classement, est un cas particulier, Vespa possédant une usine en Inde dans les années 1960 et 1970, d'où la marque est née. L'apparence extérieure de la Vespa est donc naturellement restée. Entre-temps, la Lambretta, l'autre marque italienne emblématique de scooter, a refait son apparition sur le marché, alliant style rétro et technique moderne d'Extrême-Orient.

Une usine belge ?

Entre 1954 et 1962, Piaggio a aussi produit des Vespa en Belgique, plus précisément à Jette. La distribution était assurée par Bevelux, qui couvrait également les Pays-Bas et le Luxembourg. Les Vespa étaient écoulées non seulement par des concessionnaires, mais aussi par des grands magasins tels que le Bon Marché, les Galeries Anspach, l'Innovation, les Grands Magasins de la Bourse et Cado-Radio.

1.031 Vespa...

... du modèle LX 125 ont été vendues en Belgique en 2011, ce qui la place en première position du top 10 des ventes. La Vespa LX 125 coûte 3.719 euros.

5 modèles...

... du groupe italien Piaggio étaient dans le top 10 des deux-roues motorisés les plus vendus en Belgique en 2011.

Ad Van Poppel

En savoir plus sur:

Nos partenaires