Le 'père' des capsules à café vend ses sociétés

12/03/15 à 12:59 - Mise à jour à 12:59

Source: Belga

L'inventeur et ancien patron de Nespresso, le Suisse Eric Favre, a cédé ses deux sociétés de capsules à café, Monodor Patents et Mocoffee, à un négociant en ligne brésilien de vin et de bière. L'entreprise Wine.com.br s'empare ainsi de la technologie de la dosette "inverse", commercialisée notamment par Coop.

Le 'père' des capsules à café vend ses sociétés

L'entreprise brésilienne Wine.com.br a pour principal actionnaire e.Bricks Digital, une société d'investissements du groupe de médias leader au Brésil RBS, ont indiqué mercredi les deux parties dans un communiqué conjoint. Le prix de cession des deux firmes n'est pas divulgué.

Monodor Patents, basée à Renens, est spécialisée dans les brevets, la recherche et le développement de systèmes de capsules de café. Mocoffee, sis à Zurich, est quant à lui un distributeur international de capsules de café haut de gamme.

"Après l'invention de la capsule conique Nespresso en 1976, j'ai trouvé l'unique et autre solution en 1991 avec la capsule inverse Mocoffee", a expliqué à l'ats Eric Favre. "Au lieu d'entrer par la plus petite face, comme chez Nespresso, l'eau d'extraction entre par la plus grande face et le café extrait sort par la petite".

"Après avoir travaillé pendant près de 40 ans sur ces capsules, on ressent une certaine nostalgie", poursuit Eric Favre. "Considérant mon âge, il est sage de passer la main à une nouvelle équipe".

Wine.com.br vend en ligne chaque année pour 100 millions de dollars en vins, bières et spiritueux, a précisé de son côté Claude-Olivier Rochat, porte-parole d'Eric Favre. L'entreprise brésilienne, qui se décrit comme le "principal" négociant en ligne du secteur en Amérique latine, cherchait de nouvelles opportunités dans le commerce des boissons, après son entrée sur le marché de la bière en 2013.

Le Brésil, principal producteur et exportateur de graines de café, réalise peu de transformation sur place. Le nouveau propriétaire vise donc une intégration industrielle complète, depuis le grain jusqu'à la capsule, dans le but de s'assurer au Brésil de toute la plus-value dans la fabrication et la commercialisation.

Le père des capsules à café quitte de son côté les deux sociétés mais restera conseiller. Son centre de recherches demeurera à Saint-Barthélemy, précise-t-il. Pour mémoire, après avoir quitté Nespresso, l'ingénieur avait fondé Monodor en 1991. Aujourd'hui, la moitié des capsules de café vendues à travers le monde sont basées sur son invention ou directement dérivées de celle-ci, selon lui.

En savoir plus sur:

Nos partenaires