"Le patron de Lufthansa jette de l'huile sur le feu au mauvais moment"

05/06/18 à 12:11 - Mise à jour à 14:36

Source: Belga

Les syndicats de Brussels Airlines déplorent le timing des déclarations du CEO de Lufthansa, Carsten Spohr, au sujet de la grève des pilotes du mois dernier. "Nous avons besoin de sérénité et de calme, pas d'huile sur le feu", réagit-on du côté syndical. Les représentants du personnel réitèrent leur demande de clarté quant à l'avenir de Brussels Airlines au sein du groupe Lufthansa et de sa filiale Eurowings.

"Le patron de Lufthansa jette de l'huile sur le feu au mauvais moment"

Carsten Spohr, CEO de Lufthansa. © Belga

Carsten Spohr a laissé entendre mardi à Sydney, en marge de l'assemblée générale annuelle de l'association internationale du transport aérien (Iata), que Brussels Airlines ne devait pas s'attendre à recevoir de cadeaux tant que la compagnie aérienne n'améliorera pas ses résultats. "Je dis toujours aux syndicats: vous faites ce que vous voulez, mais la compagnie ne grandira que si les résultats suivent. Jusqu'ici les chiffres de Brussels Airlines sont insuffisants pour recevoir de nouveaux avions", déclare l'Allemand dans un entretien avec la Libre Belgique.

Carsten Spohr y juge également que "de toute façon, Brussels Airlines est trop petite pour pouvoir survivre toute seule" et "devrait favoriser son intégration dans Eurowings". "C'est dans son intérêt. Lufthansa ou Eurowings n'ont pas besoin de synergies, Brussels Airlines bien. Elle doit agrandir sa marge, et alors, comme pour Swiss, on lui permettra d'acheter de nouveaux avions", ajoute-t-il.

"Ce n'est pas le bon moment pour de telles déclarations", réagit Anita Van Hoof, du syndicat socialiste BBTK (Setca). "J'espère que cela ne va pas à nouveau échauffer les esprits" en vue des réunions prévues dans les prochains jours avec la direction. Son collègue du syndicat libéral, Filip Lemberechts trouve également que le timing du dirigeant allemand n'est pas très heureux.

"Nous avons pu discuter de façon relativement sereine ces dernières semaines. Nous avons besoin de sérénité et calme, et pas d'huile sur le feu". Les discussions sur les salaires et la charge de travail des pilotes ont bénéficié d'un nouvel élan ces derniers jours, après le blocage de la mi-mai, deux jours de grève et deux tentatives infructueuses de conciliation. Les syndicats ont fait savoir la semaine dernière qu'ils ne prévoyaient pas de nouvelles grèves pour l'heure. Ils évalueront la situation le 11 juin. Sur le contenu, les syndicats disent ne pas avoir appris grand chose de nouveau des déclarations de Carsten Spohr.

"Nous savons que les résultats doivent s'améliorer", poursuit Filip Lemberechts. "Mais de meilleures conditions de travail et une baisse de la charge de travail pour les pilotes ne doivent pas être en contradiction avec de meilleurs résultats." Les deux responsables syndicaux demandent à nouveau des précisions sur l'avenir de Brussels Airlines au sein d'Eurowings. "Nous ne savons toujours pas où va Brussels Airlines", regrette Anita Van Hoof. "Pourquoi Spohr ne vient-il pas une fois parler avec les travailleurs et les syndicats, plutôt qu'avec la presse? " La direction de Brussels Airlines a quant à elle déjà promis d'apporter la clarté demandée dans le courant du mois de juin.

Nos partenaires