Le patron d'Opel veut fermer Anvers le plus vite possible

03/03/10 à 11:59 - Mise à jour à 11:59

Source: Trends-Tendances

Nick Reilly, grand patron de General Motors, a confirmé, lors du Salon de l'automobile de Genève, qu'il voulait fermer l'usine d'Anvers le plus vite possible.

Le patron d'Opel veut fermer Anvers le plus vite possible

© Epa

GM a voulu vendre Opel Anvers aux Chinois de BYD

Apprenant les ambitions de Build Your Dream (BYD) sur le marché européen, General Motors Europe a contacté "il y a quelques semaines" le premier constructeur chinois pour lui proposer son usine belge, peut-on lire mercredi sur le site de L'Echo.

L'information a été révélée par Henri Li, responsable de la branche auto de BYD.

Le groupe chinois, détenu à 9,9% par Warren Buffett, a repoussé l'invitation. Les discussions n'ont pas été assez loin pour qu'il ait été question d'un prix. "Nous voulons introduire nos voitures sur le marché européen en 2011 et GM Europe est donc venu nous voir. La proposition était alléchante. Anvers est une usine moderne très bien située. Mais tout cela venait trop tôt. Avant de penser à produire localement, nous devons bâtir notre réseau de ventes et nous assurer que nos véhicules plaisent aux européens, a expliqué le patron du constructeur chinois BYD Auto.

Moorkens (Alcopa) sera l'importateur officiel de BYD pour le Belux et la Suisse. Les premières voitures sont attendues en Belgique pour le Salon de Bruxelles 2012.

La Flandre et l'Europe ne peuvent pas l'obliger de maintenir l'usine ouverte, a-t-il déclaré à la chaîne VTM. Nick Reilly a confirmé ses plans de fermeture en raison de la surcapacité dans le secteur.

Nick Reilly a expliqué qu'il voulait fermer l'usine aussi vite que possible. "Nous devons accélérer le processus car il n'est pas honnête de maintenir les gens dans l'incertitude quant à leur prime de licenciement et sur ce qu'ils feront de leur vie. Nous voulons travailler vite", a-t-il souligné.

Il a rappelé que personne ne pouvait forcer Opel à maintenir l'usine d'Anvers et a appelé le gouvernement flamand à rechercher un repreneur.


En savoir plus sur:

Nos partenaires