Le nombre d'exploitations agricole a diminué en 2015, une baisse moindre qu'en 2014

14/04/16 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

Source: Belga

(Belga) Le nombre d'exploitations agricoles a poursuivi sa chute en 2015. Avec une diminution de 0,8 % par rapport à 2014, la baisse de 2015 était toutefois moins prononcée que l'année précédente. C'est ce qui ressort des résultats définitifs des statistiques agricoles 2015 calculées par la Direction générale Statistique - Statistics Belgium et publiées jeudi.

Au niveau des cultures, on note une nouvelle diminution importante des superficies en betterave sucrière. Depuis 1999, la Belgique a perdu près de la moitié de sa superficie betteravière, avec une décroissance moyenne annuelle de 4%. En 2015, cet amoindrissement a profité aux céréales et, en particulier, à l'épeautre. Le lin a également connu une progression importante, avec près de 20% de superficies en plus par rapport à 2014, indique le rapport de la DG Statistique. On observe également une augmentation marquée des jachères (+26%) et des fourrages en général (+34%). De même, les superficies en légumineuses ont enregistré une hausse très nette, que ce soit pour les fourrages verts (+30%) ou pour les grains récoltés en sec (+38%). La hausse des légumineuses est particulièrement nette en Flandre. Ces tendances sont liées à la réforme de la politique agricole commune, allant vers un "verdissement" de celle-ci. Du côté des cheptels bovins, on constate une augmentation marquée du nombre de vaches laitières en production dans le nord du pays (+4,75%) entre décembre 2014 et novembre 2015. "Les éleveurs flamands ont ainsi réagi à la suppression des quotas laitiers et à la baisse des prix par la recherche d'un accroissement de production. Cela ne semble pas être le cas en Wallonie où les effectifs laitiers sont en diminution", relève la DG Statistique. Les effectifs de volailles (tant de poules pondeuses que de poulets de chair) ont connu une croissance très sensible durant la même période. Cette croissance résulte tout d'abord d'une conjoncture favorable dans le secteur, mais aussi d'un changement méthodologique dans l'identification des élevages. Le registre des éleveurs géré par l'Afsca a été utilisé pour améliorer le registre d'identification de la Direction générale Statistique, précise celle-ci. (Belga)

Nos partenaires