Le Financial Times vendu au groupe japonais Nikkei

23/07/15 à 16:57 - Mise à jour à 24/07/15 à 10:27

Source: Belga

L'éditeur britannique Pearson a annoncé jeudi la vente du FT Group, qui comprend notamment le prestigieux quotidien Financial Times, au groupe de médias japonais Nikkei pour 844 millions de livres (1,2 milliard d'euros).

Le Financial Times vendu au groupe japonais Nikkei

© Reuters

La transaction, qui pourrait être bouclée d'ici à la fin de l'année, ne comprend pas la part de 50% dans The Economist Group (qui comprend le magazine du même nom) actuellement détenue par le FT Group, ni l'immeuble du FT sur le bord de la Tamise dans le centre de Londres. Le groupe d'informations financières Nikkei édite le quotidien économique du même nom, mais aussi, entre autres, des magazines, des livres, des informations sur internet et des données financières.

Influent quotidien des milieux d'affaires et des décideurs du monde entier, le FT connaît une diffusion totale de 737.000 exemplaires par jour, en comptant sa version papier et son édition numérique payante, qui représente 70% du total du lectorat.

"Pearson a été fier d'être le propriétaire du FT pendant près de 60 ans. Mais nous avons atteint un point d'inflexion dans les médias, avec l'explosion de la croissance du mobile et des réseaux sociaux", a expliqué John Fallon, le directeur général de Pearson, cité dans un communiqué publié par le groupe.

"Dans ce nouvel environnement, la meilleure manière pour le FT d'assurer son succès journalistique et commercial est d'être membre d'une entreprise d'information numérique mondiale", a-t-il ajouté.

L'an passé, le FT Group avait contribué à hauteur de 334 millions de livres au chiffre d'affaires de l'éditeur britannique, spécialisé dans les publications éducatives, dont le bénéfice net s'était replié.

"Je suis extrêmement fier que nous fassions équipe avec le Financial Times, l'un des médias d'informations les plus prestigieux du monde", s'est réjoui le PDG du groupe Nikkei, Tsuneo Kita, dans le même communiqué. "Notre engagement à fournir du journalisme de haute qualité sur l'information économique et autres, tout en restant justes et impartiaux, est proche de celui du FT. Nous partageons les mêmes valeurs journalistiques".

Plus tôt dans la journée, le Financial Times lui-même avait affirmé que Pearson était en discussions avancées au sujet du FT avec le groupe allemand de médias Axel Springer, qui a annoncé peu après qu'il n'achètera pas le journal, avant que Pearson n'annonce officiellement la transaction avec le Nikkei.

En savoir plus sur:

Nos partenaires