Le chômage des jeunes devrait croître en 2016

25/08/16 à 11:36 - Mise à jour à 12:34

Source: Belga

Après plusieurs années de baisse, le taux de chômage des jeunes devrait croître en 2016, prévoit l'Organisation internationale du travail (OIT). Le nombre de sans-emploi âgés de 15 à 24 ans devrait augmenter d'un million à 71 millions dans le monde, selon les chiffres diffusés mercredi.

Le chômage des jeunes devrait croître en 2016

© iStock Photos

Le taux de chômage des jeunes atteindrait ainsi 13,1% en 2016 et 2017, un pourcentage proche des 13,2% enregistrés en 2013 dans la foulée de la crise de la dette européenne. Le chômage s'était pourtant quelque peu tassé depuis, atteignant 12,9% en 2015.

En cause, une croissance économique mondiale révisée à 3,2% pour 2016 - 0,4 point en dessous des attentes - et le contexte économique morose dans plusieurs marchés clé comme l'Argentine, le Brésil et la Russie, note l'OIT. Par ailleurs, la croissance des pays en développement est à son plus bas depuis 2003 (4,2% en 2016).

Globalement, les pays développés (14,5% en 2016) sont davantage touchés par le chômage des jeunes que les pays émergents (13,6%) ou en développement (9,5%). Mais les pays émergents sont ceux qui connaissent actuellement la plus forte hausse.

Le chômage des jeunes est le plus élevé dans les États arabes (Irak, Koweït, Liban, Jordanie...) et en Afrique du Nord, où 30% des jeunes hommes et femmes sont sans emploi.

"Un taux de chômage élevé, la pauvreté au travail et le manque d'opportunités font partie des raisons pour lesquelles les jeunes décident d'émigrer", note l'OIT. La part des 15-29 ans qui veulent quitter définitivement leur pays pour un autre s'élevait à 20% en 2015. Le taux le plus élevé, à 38%, provient d'Afrique sub-saharienne et d'Amérique latine, suivis des pays d'Europe de l'Est (37%).

En Europe, la situation devrait rester préoccupante "malgré certains signes d'accalmie", note l'OIT, qui s'attend à un chômage des jeunes de 19,2% en 2016 et 18,4% en 2017 dans l'Union européenne. En Espagne, en Italie et au Portugal, ce taux devrait sensiblement baisser en 2017.

Nos partenaires