Le chèque-repas électronique annoncé pour la fin 2010

16/04/10 à 15:17 - Mise à jour à 15:17

Source: Trends-Tendances

Le chèque repas électronique fera son entrée dans les portefeuilles à la fin de l'année 2010. C'est ce qu'ont annoncé le ministre pour l'Economie et la Simplification administrative, Vincent Van Quickenborne, Sodexo et Accor lors d'une conférence de presse vendredi. Des explications sur le cadre légal ainsi qu'une démonstration de la future utilisation étaient au programme.

Le chèque-repas électronique annoncé pour la fin 2010

© Belga

Le chèque repas électronique fera son entrée dans les portefeuilles à la fin de l'année 2010. C'est ce qu'ont annoncé le ministre pour l'Economie et la Simplification administrative, Vincent Van Quickenborne, Sodexo et Accor lors d'une conférence de presse vendredi. Des explications sur le cadre légal ainsi qu'une démonstration de la future utilisation étaient au programme.

Avec ses deux collaborateurs principaux, Sodexo et Accor Services, le ministre travaille sur le projet des chèques électroniques depuis quatre ans.

L'objectif est de diminuer la charge administrative des employeurs et des commerçants mais aussi de renforcer la sécurité quant à la somme d'argent offerte par ces chèques aux travailleurs.

Concrètement, ils auront droit à une carte électronique gratuite sur laquelle seront versés les montants de leurs chèques-repas actuels et qui fonctionnera comme une carte de banque normale.

Ce sont les employeurs qui décident s'ils veulent adopter la nouvelle version. Le système papier cohabitera donc, dans un premier temps, avec le système électronique.

"C'est le marché qui va gérer ça tout seul", précise Vincent Van Quickenborne. Cela se jouera, selon lui, en fonction des décisions de chaque commerçant.

Sodexo a déjà mené l'expérience dans différents pays dans le monde, dont le "Brésil, où cela a mis 18 mois pour que la version papier soit complètement oubliée", rappelle Jos Trippaers, membre du comité de direction de l'entreprise.

Plus de 1,3 million de travailleurs bénéficient chaque année de 250 millions de titres-repas papier, pouvant atteindre jusqu'à 140 euros par mois par utilisateur.


Nos partenaires