Le Bourget : la guerre des " mini-jumbos"

17/06/13 à 16:02 - Mise à jour à 16:02

Source: Trends-Tendances

Le salon de l'aéronautique du Bourget s'ouvre ce lundi sous le signe de la guerre des "mini-jumbos", les nouveaux longs courriers de Boeing et d'Airbus. Ce dernier a capté l'attention avec son vol d'essai d'un nouveau long courrier, l'A350. Boeing est plus discret, mais pas inactif.

Le Bourget : la guerre des " mini-jumbos"

© Image Globe

Les grands salons aéronautiques servent aux fabricants Airbus et Boeing d'afficher leurs muscles. En annonçant des contrats de ventes, de nouveaux modèles. Airbus a tiré la couverture à lui en organisant le premier vol d'essai de son nouveau-né, le biréacteur A350 XWB, le vendredi précédent l'ouverture du salon du Bourget, ce lundi 17 juin. Même si le vol s'est passé à Toulouse et non à Paris, il marque médiatiquement le coup d'envoi d'un salon international qui alterne tous les deux ans avec le salon de Farnborough (UK). Plus larges, plus économiques L'Airbus A350 (270 à 350 places) remet à niveau l'offre du groupe européen sur le segment des longs courriers, où Boeing fait des étincelles, avec l'énorme succès du Boeing 787, et, auparavant, celui du Boeing 777. Cet avion fait partie d'une catégorie nouvelle, qualifiée par notre confrère le magazine Air&Cosmos, les "mini-jumbos", des avions plus larges de quelques dizaines de cm que les longs courriers traditionnels (A330, Boeing 767). Avec une capacité pouvant dépasser les 350 places. Il s'est déjà vendu à 613 exemplaires et devrait être mis en service l'an prochain.

L'argument de vente numéro un est le coût d'usage moins élevé. Airbus soutient que le coût d'exploitation par siège sera 25% inférieurs aux modèles existants sur le marché, grâce à une structure allégée par l'usage intensif de fibres de carbone.

Faire oublier les soucis de l'A380 et surtout de l'A400M Airbus devait ainsi faire un peu oublier des années difficiles. Le constructeur s'est montré moins performant avec l'avion géant A380, dont le premier vol remonte à 2005, qui se vend doucement. A ce jour, le carnet de commande de ce long courrier de 555 places atteint les 261 exemplaires. Une commande de 20 exemplaires par une société de leasing, Doris Lease corp., annoncé au salon ce lundi, a toutefois atténué ce bilan en demi-teinte.

Airbus a surtout du mal à se développer dans le marché militaire. Son avion cargo A400M, commandé notamment par la Belgique, a subi des retards et souffre des restrictions budgétaires des armées. Il sera présent au Bourget en deux exemplaires.

Boeing fera moins le spectacle mais devrait annoncer, outre des commandes, une nouvelle version de son modèles 787, la plus longue, de 323 places. Et devrait donner des précisions sur une nouvelle version de son long courrier à succès, le Boeing 777, de 300 à 550 places. Ce modèle vendu à plus de 1000 exemplaires devrait être retravaillé pour affronter les A350 qui le menace, avec de nouveaux moteurs et des ailes en matériaux composites.

Robert van Apeldoorn

En savoir plus sur:

Nos partenaires