Le bilan 2017 des faillites à la loupe

29/12/17 à 14:07 - Mise à jour à 15:58

On a enregistré 10.742 faillites en Belgique en 2017. 4.956 en Région flamande, 2.778 en Région wallonne, 2.698 en Région bruxelloise et 310 d'entreprises étrangères, soit une hausse de 6,72% par rapport à 2016. Ce ne sont donc pas de bons chiffres dans... l'absolu. Une analyse de Trends Business Information.

Le bilan 2017 des faillites à la loupe

© istock

Le nombre de faillites augmente à nouveau...

La Région flamande enregistre pourtant une baisse des faillites de 8%, tandis que le pourcentage augmente de 7,1% en Wallonie et de rien moins que 34,15% à Bruxelles.

Il s'est donc passé quelque chose dans la capitale, qui représente 25,12% des faillites de l'année. Bien plus donc que le pourcentage habituel d'environ 20%.

111 jugements seulement y ont été prononcés à l'encontre d'indépendants. A peine 0,22% de la population des indépendants de la Région alors que la moyenne nationale et de 0,35%. Tout le reste, 2.587 jugements, va à des sociétés et leurs associés. Cela représente un taux de faillite de 2,33%, contre 1,14% pour le pays. La Région bruxelloise a donc clairement pris action contre les sociétés agonisantes.

Ce n'est d'ailleurs pas une mauvaise idée. Quand on regarde les indicateurs de santé financière des sociétés qui publient des comptes annuels, on voit que 22.850 d'entre elles (soit 5,6% de cette population sur base des publications de 2017) cumulent tous les défauts structurels: des fonds propres négatifs, un fonds de roulement négatif et un cashflow négatif. On en trouve 11.851 en Flandres, 5.031 en Wallonie et 5.968 à Bruxelles.

Il s'agit plus particulièrement de sociétés anonymes et de SPRL et on remarque immédiatement qu'il y a un problème à Bruxelles:

Nombre "d'entreprises zombies" sur le nombre d'entreprises actives de la même forme juridique, par Région.

Ces entreprises zombies devraient disparaître du paysage économique.

Les secteurs sensibles sont bien identifiés. La construction fournit 18,6% des faillites. 25,5% le sont par le commerce et 21,5% par l'Horeca, alors qu'ils représentent respectivement 9,62%, 14,72% et 4,9% de la population des entreprises du pays. On voit d'ailleurs qu'elles ont été au centre des attentions de la Région bruxelloise, qui a prononcé 561 jugements dans la construction (22,50% des faillites de la Région), 468 dans l'Horeca (18,70%) et 705 dans le commerce (28,20%).

Les jeunes entreprises restent un point sensible. 5% des faillites viennent d'entreprises créées en 2016 ou 2017. 40% viennent d'entreprises de moins de 5 ans. 65% viennent d'entreprises ayant maximum 10 ans d'âge et 75% d'entreprises de moins de 15 ans. Toutes les régions sont logées à la même enseigne.

... Mais tout ceci reste relatif

Mais ces chiffres doivent pourtant être relativisés.

En plus de l'action plus volontaire à Bruxelles, il faut tenir compte de la croissance de la population des entreprises.

Tout compris, le pays compte 1.530.770 'entités économiques' actives. Toutes les formes juridiques ne peuvent cependant pas tomber en faillite. Les associations, les sociétés agricoles et les professions libérales indépendantes ne sont pas concernées et représentent ensemble plus ou moins 300.000 entreprises.

Chaque année, de nouvelles entreprises sont créées. Et chaque année d'autres arrêtent leurs activités. Mais le solde est toujours resté positif, même au plus profond de la crise:

Le solde positif de 2017 (+ 38.854 entreprises) est donc plus grand que celui de 2007 (+ 36.023 entreprises), avant la crise.

Il n'est donc pas anormal de voir les chiffres absolus croître avec la base du calcul.

Si une région s'est en plus montrée particulièrement active, ces chiffres absolus doivent certainement être relativisés.

2018

En 2018, le nouveau droit des entreprises du ministre Geens devrait entrer en vigueur.

Il y est prévu que tous les acteurs économiques soient considérés comme des entreprises... et donc puissent faire faillite. Cela concerne plus particulièrement ces 300.000 associations, sociétés agricoles et professions libérales du pays. Si cette population se rajoute aux statistiques, alors les chiffres absolus vont certainement aussi évoluer.

Pascal Flisch

Nos partenaires