Le Belge Proxistore : futur géant mondial de la pub en ligne ?

04/07/14 à 18:40 - Mise à jour à 18:40

Source: Trends-Tendances

Pour assurer son développement à l'étranger, et notamment aux Etats-Unis, la start-up belge Proxistore, spécialiste de la pub locale sur le Net, lève pas moins de 2,7 millions d'euros. Son objectif ? Partir à la conquête du monde et arriver à un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros dans 5 ans !

Le Belge Proxistore : futur géant mondial de la pub en ligne ?

© DR

Joli coup pour la start-up Proxistore, spécialiste belge de la publicité locale géolocalisée sur Internet. Après avoir annoncé, au mois d'août 2013, l'entrée de Roularta (Le Vif L'express, Knack ou Trends-Tendances) dans son capital à hauteur de 32%, voici qu'elle dévoile une levée de fonds de 2,7 millions d'euros. Pas si mal pour une PME belgo-belge. Organisée autour des actionnaires actuels, d'investisseurs privés et de la Société Régionale d'Investissement de Bruxelles (S.R.I.B.), cette opération a pour but d'ouvrir des filiales Proxistore aux Pays-Bas, en Angleterre, en Espagne, en Italie, en Suisse, au Canada et aux Etats-Unis (New York et San Francisco).

La firme entend jouer un rôle mondial dans la pub locale sur le Net à l'heure où, selon elle, "des opportunités existent, notamment grâce à la fin annoncée des Pages Jaunes et les baisses d'audience des éditions de presse locale". La pub sur Internet est un marché colossal. Mais très morcelé, avec, en résumé, l'affichage de pub (banners, etc.) sur les sites des grands éditeurs d'une part et pour beaucoup réservée aux gros annonceurs, et, d'autre part, les publicités dans les moteurs de recherches et sur les sites de plus petits éditeurs qui, elles, peuvent avoir un caractère plus local. Mais dans ce dernier cas, c'est essentiellement Google qui en trust la plus grande part avec Facebook et quelques géants de l'Internet mondial.

Dans ce contexte et pour renouveler quelque peu le concept du "bannering" qui tend à perdre un peu de terrain, Bruno Van Boucq, le CEO de la régie Beweb avait imaginé, dès 2011, un nouveau concept. Baptisé Proxistore, il s'agit de permettre l'affichage géolocalisé de publicité (locale) sur les sites des grands éditeurs en Belgique et France, dans un premier temps. Cela signifie concrètement qu'en surfant sur un site comme Le Monde pour lire l'actualité, un internaute situé à Uccle pourrait voir de la publicité pour le concessionnaire tout proche à Drogenbos ou du boucher de la place St Job, par exemple. Du côté des annonceurs, Proxistore vise en premier lieu les grands acteurs qui ont une présence locale comme des chaînes de restauration rapide, des concessionnaires, etc. Mais aussi les petits commerces locaux.

Pour capter ce marché de la pub très locale sur le Web, Proxistore mise sur les espaces invendus des grands sites de médias gérés par Beweb notamment. A l'inverse de solutions comme Google Adwords, Proxistore permet de définir la zone géographique concernée par les publicités... au mètre près. Pour y arriver, la start-up, désormais totalement indépendante de Beweb, a mis en place un concept unique mondialement brevetée. Lors de son premier passage sur le site, l'Internaute voit apparaître un pop-up qui lui demande s'il accepte d'être localisé. S'il accepte, il le sera soit par la 3G soit par son Wi-Fi. S'il surfe grâce au câble ou s'il refuse d'être géolocalisé, Proxistore le repèrera quand même...via son adresse IP. Et si la localisation ne s'effectuait pas avec une totale précision, Proxistore a également prévu la parade : chaque annonce jaune et noire, les couleurs choisies par Proxistore pour se démarquer, contient un petit bouton "se relocaliser" qui permet au surfeur d'afficher l'endroit exact où il se trouve.

Les ambitions de Proxistore sont énormes. La société toucherait 180 millions de surfeurs au moyen de son propre moteur de géolocalisation breveté et ambitionne de géolocaliser un milliard d'internautes dans le monde endéans les 5 ans. Dans le même laps de temps, elle espère multiplier son chiffre d'affaires par... 20, pour le faire passer de 3 millions d'euros aujourd'hui à... 60 millions d'euros dans 5 ans.

En savoir plus sur:

Nos partenaires