Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/10/16 à 15:59 - Mise à jour à 07/10/16 à 10:14

La voiture électrique va-t-elle enfin s'imposer?

Le mondial de l'automobile a démarré depuis quelques jours à Paris. Et ce qui apparaît très clairement comme tendance, c'est que les constructeurs n'entendent pas laisser à Tesla le monopole de la voiture électrique.

La voiture électrique va-t-elle enfin s'imposer?

Renault ZOE © AFP

Plusieurs constructeurs automobiles et non des moindres ont dévoilé leurs derniers modèles à l'occasion du salon de Paris. Le mot d'ordre est simple: l'autonomie des voitures électriques a été augmentée ! C'est par exemple le cas de la Renault ZOE qui affiche aujourd'hui 300 kilomètres d'autonomie, contre 150 kilomètres pour l'ancienne version.

De son côté, Volkswagen n'est pas resté empêtré dans le scandale sur le diesel, et la firme allemande a également présenté sa Golf électrique. Celle-ci passe aussi à 300 kilomètres d'autonomie et le groupe vise plusieurs modèles dotés de 600 kilomètres d'autonomie à l'horizon 2020, demain donc !

Et le signe qui ne trompe pas, ou plutôt qui rassure, c'est que le grand absent de ce marché, à savoir Mercedes, est également entré dans la danse avec le concept de SUV EQ qui promet 500 kilomètres d'autonomie !

Partager

L'équation économique de la voiture électrique n'est pas entièrement résolue, mais on progresse à grands pas

En fait, le message de ce salon de l'auto à Paris est simple: assurer le conducteur qu'il n'aura pas de "panne sèche", vu que l'autonomie est désormais plus importante. Ce risque était le frein principal, avec le prix, qui éloignait encore plus les acheteurs de ce segment électrique. En réalité, pour ce qui concerne l'autonomie, c'est en partie un fantasme de la part des conducteurs, vu qu'il est prouvé qu'en Belgique l'écrasante majorité des conducteurs ne roulent pas plus de quelques dizaines de kilomètres par jour. Il n'empêche, l'autonomie reste un frein psychologique, notamment pour ceux et celles qui veulent une voiture pour effectuer des trajets plus longs, notamment le week-end.

Donc, en présentant des modèles avec des autonomies de 300 ou 500 kilomètres, les constructeurs auto sont en train de lever ce frein psychologique à l'achat. Alors, est-ce enfin gagné pour le tout à l'électrique ? Pas encore ! Pourquoi ? Parce que la durée de vie des batteries n'est pas illimitée, et que le prix de ces voitures est généralement plus élevé que celui des autres modèles. L'équation économique n'est donc pas entièrement résolue, mais on progresse vers la solution à grands pas.

En savoir plus sur:

Nos partenaires