La stratégie d'AB InBev derrière l'offre de rachat de SABMiller

07/10/15 à 10:47 - Mise à jour à 12:02

Si l'on parle rentabilité, AB InBev est l'Apple de la bière. Cela explique l'accueil positif de son projet de rachat du n°2 mondial, SABMiller. Le brasseur belgo-brésilien maîtrise l'art des fusions. Sauf qu'ici l'accord est loin d'aboutir. Décryptage.

Toujours plus grand. AB InBev a beau être le n°1 mondial de la bière, avec 20,8 % du marché, le brasseur basé en Belgique est encore à la recherche de méga-acquisitions, tant qu'il y en a encore sur le marché. AB InBev a en effet déclaré son intention de racheter SABMiller, le n°2 du marché (9,7 %). Le groupe est né en 2002 de la fusion entre South African Breweries (Afrique du Sud) et Miller Brewing (Grande-Bretagne) et est coté à Londres. En Europe, les marques connues détenues par SABMiller sont Peroni, Grolsch, Foster's ou Pilsner Urquell.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires