La SNCB passe une commande à 1,3 milliard pour 445 voitures

18/12/15 à 15:57 - Mise à jour à 17:02

Source: Belga

La SNCB a passé une première commande ferme de 445 voitures à double étage M7 auprès du consortium Alstom/Bombardier, pour un montant de 1,3 milliard d'euros. Celles-ci seront livrées entre septembre 2018 et décembre 2021, ont annoncé vendredi lors d'une conférence de presse le CEO de la SNCB, Jo Cornu, et la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant.

La SNCB passe une commande à 1,3 milliard pour 445 voitures

© BELGA

Les 445 voitures commandées - ce qui représente 90 trains à double étage - se veulent plus confortables, peuvent rouler à 200 km/h et seront équipées des systèmes de sécurité TBL1+ et ETCS. Les M7 ont également l'avantage d'être compatibles avec les M6 existantes, ce qui simplifiera les accouplements, s'est félicité M. Cornu.

La SNCB a besoin de 190.000 places supplémentaires d'ici 2030, dont 105.000 d'ici 2023, en conséquence de la mise hors service de son matériel vieillissant et incompatible avec l'ETCS, et du besoin de places assises supplémentaires, a rappelé le CEO. Le choix des trains double étage, qui peuvent rouler à 200 km/h, est lui justifié par la capacité limitée de la jonction très chargée entre Nord et Midi.

Selon le contrat cadre global signé avec le consortium, Alstom/Bombardier fournira jusqu'à 1.362 voitures à la SNCB, pour un montant total de 3,3 milliards d'euros. Les futures commandes dépendront de l'évolution du trafic voyageurs, a précisé M. Cornu. Des clauses rigoureuses ont par ailleurs été intégrées au contrat pour la fiabilité, les délais de livraison et les frais d'entretien du matériel, assure le CEO.

Cette première commande a d'importantes conséquences en termes d'emploi. Pour le site brugeois de l'entreprise canadienne Bombardier, qui produira 65 voitures de tête multifonctionnelles et 290 voitures remorques, ce marché garantira l'emploi "pour une longue durée des 200 ouvriers et de 100 à 120 employés", selon le manager Kris Vekeman. Le syndicat socialiste se réjouit de son côté que la commande assure la sécurité d'emploi de "200 des 350 travailleurs du site à partir de 2018".

Alstom construira elle 90 voitures avec loge motorisée à Valenciennes, avec le support du centre d'excellence électrique et signalisation de Charleroi. La société française produira également le système ETCS de niveau 2 pour l'ensemble de la flotte. Au total, la commande emploiera 130 personnes en Belgique et une centaine dans le nord de la France, a souligné le managing director Marcel Miller.

Interrogé sur le dossier chaud du moment à la SNCB, à savoir la grève de cinq jours prévue en janvier, Jo Cornu n'a pas souhaité faire de commentaire. "C'est incompréhensible. C'est une catastrophe pour les voyageurs. Je ne suis pas en mesure d'évaluer les chances d'encore éviter la grève, même si cela reste possible jusqu'au dernier moment."

Les syndicats du site brugeois de Bombardier soulagés par la commande de la SNCB

Les syndicats du site brugeois du constructeur de trains Bombardier sont soulagés que la commande de la SNCB soit tombée en leur faveur. Ils restent tout de même prudents quant à l'avenir, ont-ils fait savoir vendredi après l'annonce de la commande de plusieurs centaines de trains, d'une valeur dépassant le milliard d'euros.

"Cette commande est essentielle pour la survie de Bombardier à Bruges", a indiqué Peter Jacobs, de l'ABVV Metaal. "C'est positif à tous les égards, notamment pour l'emploi car la sécurité de l'emploi de 200 des 350 travailleurs est ainsi assurée à partir de 2018. Cela donne également un peu d'air dans l'optique de remplir à nouveau le carnet de commandes, car tous les problèmes ne sont pas écartés."

Le syndicat chrétien (ACV-CSC Metea) reste aussi prudent. "C'est un grand soulagement, surtout parce qu'il s'agit d'une commande intérieure. On peut ainsi montrer au Canada (siège de Bombardier, NDLR) que nous sommes dans une bonne passe", a expliqué Luc Logghe. "Nous devons toutefois encore veiller à couvrir la période allant jusqu'à 2018, car nous faisons face aujourd'hui à 25% de chômage temporaire et 85 de nos hommes sont actuellement actifs sur le site français de Crespin", a-t-il ajouté.

Le site brugeois fournira 65 voitures de tête multifonctionnelles et 290 voitures remorques. Les 90 autres voitures de la commande seront fournies par Alstom.

En savoir plus sur:

Nos partenaires