La police trop "flamande" pour la FN Herstal ?

22/03/11 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Source: Trends-Tendances

La police fédérale a commandé 3.000 pistolets M&P9 de marque Smith & Wesson. "Psychologiquement, c'est dur à digérer de voir une police qui ne s'équipe pas en local lorsqu'il y a une entreprise de pointe dans le secteur", déplorent les syndicats, qui n'hésitent pas à subodorer des relents communautaires...

La police trop "flamande" pour la FN Herstal ?

3.000 pistolets Smith & Wesson M&P9 ont été récemment commandés par la police fédérale, pour une première commande de cette arme appelée à remplacer peu à peu le Browning GP35 de la FN Herstal qui équipait jusqu'ici neuf policiers fédéraux sur dix, rapporte mardi Le Soir.

La commande, résultat d'un appel d'offres européen, doit atteindre à terme les 8.000 armes.

Le Smith & Wesson a l'avantage d'être un modèle double action présentant moins de risques de tir accidentel qu'un simple action comme le GP35, pour un coût qui n'est pas "significativement supérieur", selon la police fédérale.

FN Herstal : les syndicats déplorent la perte d'un marché "symbolique"

La perte du marché d'équipement en armes de poing de la police fédérale provoque la stupeur dans les représentations syndicales. "La FN est une entreprise détenue à 100 % par la Région wallonne, quasi-étatique donc, et il est interpellant de la voir perdre ce marché d'équipement de notre police, se lamente Gabriel Smal, secrétaire régional de la CSC-Métal. Au niveau symbolique, c'est embêtant : comment pourra-t-on vendre des GP à des forces de l'ordre étrangères si l'on doit avouer que notre propre police a préféré un autre produit ?"

Même son de cloche du côté de la FGTB-Métal, où le président de la délégation FN, Guy François, regrette lui aussi la perte d'un marché "symbolique" : "Psychologiquement, c'est dur à digérer de voir une police qui ne s'équipe pas en local lorsqu'il y a une entreprise de pointe dans le secteur."

Au-delà, le délégué se demande s'il n'y a pas un relent communautaire au dossier : "On sait que les commandements armée et police sont largement aux mains des néerlandophones. N'y a-t-il pas là derrière une volonté de nuire à une entreprise wallonne ?"

La direction de l'entreprise, elle, veut visiblement éviter toute polémique : "Pas de commentaire !", répond simplement son porte-parole. Détenu à 100 % par la Région wallonne, le Groupe Herstal emploie 3.000 personnes, dont 1.300 à la FN Herstal.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires