La maison de luxe Hermès réaffirme qu'elle n'est pas à vendre

31/05/11 à 11:06 - Mise à jour à 11:06

Source: Trends-Tendances

La maison française de luxe Hermès a réaffirmé lundi au début de son assemblée générale annuelle qu'elle n'était pas à vendre, en dénonçant "une série d'initiatives hostiles" depuis six mois destinées à la déstabiliser, allusion à l'intrusion de LVMH dans son capital fin octobre.

La maison de luxe Hermès réaffirme qu'elle n'est pas à vendre

© Hermès

Le président du conseil de gérance, Bertrand Puech, a "solennellement et officiellement" réaffirmé son hostilité à cette arrivée non sans humour parfois: "j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer, la famille Hermès tient à garder le contrôle de son groupe, ce joyau qui fait tant rêver".

Tout en assurant respecter ses actionnaires, il a aussi déclaré avoir été "choqué" depuis six mois "par toute une série d'initiatives hostiles" lancées contre la maison "visant à l'affaiblir, la déstabiliser ou pire la décrédibiliser", en visant implicitement le groupe français LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy), lui reprochant de chercher à acheter des titres aux actionnaires familiaux et même auprès du personnel.

M. Puech a fait cette déclaration en présence de Pierre Godé, vice-président de LVMH qui devait prendre la parole devant l'assemblée.

Le 23 octobre dernier, LVMH a annoncé à la surprise générale être entré à la hauteur de 17,1% dans le capital du groupe Hermès avant de porter sa participation à 20,21% fin décembre.

Face au rejet exprimé par les dirigeants et les représentants de la famille Hermès, le patron du groupe LVMH, le milliardaire Bernard Arnault, s'est voulu rassurant ces derniers mois affirmant vouloir être un actionnaire "pacifique" et de long terme.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires