La loi bancaire empêche Sophie Dutordoir de devenir administratrice chez Quest for Growth

28/08/14 à 12:46 - Mise à jour à 12:46

Source: Trends-Tendances

L'ancienne administratrice déléguée d'Electrabel, Sophie Dutordoir, ne pourra finalement pas devenir administratrice indépendante de la société louvaniste Quest for Growth, en raison d'une limitation du nombre de mandats instaurée par la loi bancaire, regrette jeudi la société.

La loi bancaire empêche Sophie Dutordoir de devenir administratrice chez Quest for Growth

© Belga Images

Si Sophie Dutordoir a quitté Electrabel fin 2013, après 24 années de service, et a dernièrement ouvert une épicerie fine de produits transalpins à Overijse, l'ancienne patronne de la filiale de GDF Suez n'en est pas moins restée administratrice chez bpost, Valeo et BNP Paribas Fortis.

C'est ce dernier mandat qui l'empêche, en vertu de la loi bancaire, de siéger comme administratrice indépendante au conseil d'administration de Quest for Growth.

La réforme bancaire interdit en effet désormais aux membres d'un conseil d'administration d'une banque de disposer de plus de trois autres mandats. Mme Dutordoir étant également administratrice de son épicerie, elle possède donc déjà trois mandats en plus de sa présence au conseil d'administration de BNP Paribas Fortis, explique Jos Peeters, de Quest for Growth, cité par le journal De Tijd. Selon Jos Peeters, Sophie Dutordoir a demandé, en vain, à la Banque nationale, à pouvoir bénéficier d'une exception pour siéger au conseil d'administration de Quest for Growth.

Si l'entreprise louvaniste se dit favorable au souci du législateur de veiller à ce que les administrateurs d'institutions financières disposent de suffisamment de temps pour exercer leur mandat, elle regrette néanmoins, dans un communiqué, que cette limitation empêche de plus petites organisations, comme Quest for Growth, de "bénéficier de la connaissance, de l'expérience et des réseaux de ces membres de conseil d'administration".

En savoir plus sur:

Nos partenaires