"La guerre des talents n'a jamais été si rude !"

28/06/11 à 14:48 - Mise à jour à 14:48

Source: Trends-Tendances

La mobilité professionnelle en Belgique est très faible actuellement, ressort-il du baromètre sur la mobilité des travailleurs d'Insilencio. La raison principale ? Une satisfaction au travail historiquement élevée.

"La guerre des talents n'a jamais été si rude !"

© Thinkstock

"Avec une croissance explosive de postes vacants ces derniers mois, on se dirige vers une nouvelle guerre des talents", prédit Insilencio, agence spécialisée en ressources humaines. La Hogeschool-Universiteit Brussel (HUB) a interrogé en avril, pour le compte d'Insilencio, 2.224 personnes actives titulaires au minimum d'un baccalauréat, âgées entre 20 et 45 ans.

Seules 8 % souhaitent changer d'emploi durant l'année. Mi-2009, elles étaient 23 %. La mobilité professionnelle diminue donc pour atteindre presque le même niveau qu'à la fin de 2007, une période de haute conjoncture.

La raison selon Insilencio ? Le degré élevé de satisfaction des employés. Ils sont 83 % à être satisfaits de leur emploi actuel, contre 58 % en 2009 ou 79 % en 2007. "La crise économique a eu un effet négatif en 2009 sur la satisfaction au travail, analyse Wim Demessemaekers, managing partner chez Insilencio. A présent que la crise s'éloigne, les employeurs disposent à nouveau de budgets pour investir dans le personnel."

En période de post-crise, il y a un attrait de la part des employeurs pour les nouveaux talents. "L'image des employeurs et la crédibilité d'une entreprise sont cruciales, selon Insilencio. Les entreprises qui ont sous-estimé l'importance d'une bonne communication en interne et en externe, vont perdre des travailleurs efficaces et ne pourront engager de nouveaux talents. La guerre des talents n'a jamais été si rude que maintenant."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires