La Fugea offre des produits blancs aux ministres de l'agriculture

22/07/16 à 15:49 - Mise à jour à 15:49

Source: Belga

(Belga) La Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) a offert, vendredi, à l'occasion de l'inauguration de son stand à la 82e Foire de Libramont, des cadeaux symboliques au ministre fédéral de l'Agriculture, Willy Borsus, et au ministre régional en charge de cette matière, René Collin.

La Fugea offre des produits blancs aux ministres de l'agriculture

La Fugea offre des produits blancs aux ministres de l'agriculture © BELGA

Le mouvement agricole a offert des produits blancs - fromage, pâtes ou lait - tels que l'on en retrouve à bas prix dans les étalages des supermarchés. Des "produits blancs, issus d'une agriculture qui ne paye pas et dont la course aux rendements baisse la qualité et vide les campagnes", a déclaré le président de la Fugea, Philippe Duvivier, en s'adressant au ministre Borsus. René Collin a quant à lui reçu cette "même production sans marque et sans image, produite indifféremment ici ou à 10.000 kilomètres. Sans goût, sans qualité et sans paysan". Quant au ministre wallon de l'Environnement, Carlo Di Antonio, il s'est vu remettre une carafe d'eau du robinet, symbole de la dégradation des eaux de surface. Plus largement, la Fugea a rappelé son opposition aux fermes-usines. "Plafonnons les aides par unité de travail, faisons porter l'aide redistributive à 40% sur les 50 premiers hectares, donnons des primes vaches viandeuses dégressives pour avantager la plupart des éleveurs wallons, et non plus les boulimiques sur les hectares... Mieux vaut 20 fermes de 50 hectares qu'une seule de 1.000, vous le savez bien", a encore lancé le président de la Fugea. En réponse, le ministre fédéral de l'Agriculture a estimé qu'il ne fallait pas être l'otage d'un marché débridé. "Il faut des balises", a estimé Willy Borsus. Rejoignant cette ligne de régulation, le ministre wallon René Collin a évoqué un désaccord avec la Flandre. "Nous n'avons pas la même philosophie et la même détermination à maintenir une agriculture à une taille raisonnable", a reconnu le ministre régional. "Il n'est pas normal que le lait reste un produit d'appel bradé. Il faut aussi que le consommateur connaisse le prix des choses", a encore dit M. Collin. (Belga)

Nos partenaires