La flambée du carburant ? Ils s'en frottent les mains !

06/03/12 à 21:30 - Mise à jour à 21:30

Source: Trends-Tendances

L'essence et le diesel ne cessent quasiment pas de battre tous leurs records. Des stations-service "express" aux voitures vertes : voici au moins quatre secteurs qui s'en réjouissent. Chiffres à l'appui.

La flambée du carburant ? Ils s'en frottent les mains !

© Reuters

L'essence a atteint des records historiques mardi. Le Super 95 est ainsi passé à 1,74 euro, contre 1,52 euro début 2011, et le Super 98 à 1,76 euro (contre 1,54 euro). Le diesel a quant à lui augmenté de 1,31 euro le litre début 2011 à 1,55 euro mi-février, tandis que le LPG affichait 0,79 euro le litre fin février, contre 0,71 début 2011.

Certains, pourtant, se frottent plutôt les mains face aux conséquences de la flambée du carburant. En voici quatre exemples.

1. Les stations-services "express"

Le prix des carburants grimpe de manière continue ces derniers mois, en raison de l'augmentation des cotations des produits pétroliers sur les marchés internationaux. Ces hausses ont plusieurs conséquences sur les habitudes de consommation des citoyens belges.

Ainsi, les citoyens se rendraient davantage dans les pompes à essence de grandes marques dites "express" (sans complexe commercial autour), qui présentent des prix encore plus concurrentiels que les pompes dites "à bas prix", selon la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco).

Ces dernières n'enregistreraient d'ailleurs pas spécialement d'augmentation de fréquentation, et les stations-service autoroutières ne ressentiraient quant à elles pas ou peu d'impact, d'après la Brafco.

2. Les moyens de transport alternatifs

La hausse des prix du carburant de ces derniers mois a eu des répercussions positives sur les moyens de transport alternatifs proposés en Belgique, notamment les systèmes Cambio et Villo.

Le système de partage de voiture Cambio enregistre ainsi une certaine performance puisqu'il affichait, au 1er mars 2012, 13.693 abonnés en Belgique (7.916 à Bruxelles, 4.397 en Flandre et 1.380 en Wallonie), contre 13.418 en 2011, 10.702 en 2010 et 3.331 lors de son lancement en 2006. Le nombre de réservations par mois s'élève en moyenne à 1,2 par client et Cambio est présent dans 23 villes par le biais de 193 stations, proposant 452 voitures au total.

Le système Villo affichait quant à lui 27.000 abonnés fin 2011, contre 24.000 fin 2010, avec une moyenne de deux locations par jour par vélo. Quelque 11 communes bruxelloises sont équipées de 180 stations Villo au total avec la présence de 2.500 vélos. La deuxième phase d'installation devrait débuter au printemps prochain : 180 nouvelles stations équipées à nouveau de 2.500 vélos équiperont les huit communes restantes et renforceront également les stations existantes.

3. Les sociétés de transport en commun

La hausse des prix du carburant a des conséquences positives pour les sociétés de transports en commun belges, qui ont ainsi enregistré une augmentation du nombre de voyages effectués par leurs navetteurs l'année dernière.

La Stib a enregistré 329 millions de voyages sur son réseau en 2011, soit une augmentation de 5,6 % par rapport à 2010. Le Tec comptabilise, lui, une hausse de plus de 5 % du trafic par rapport à 2010, à environ 293 millions de passagers. Enfin, la société flamande de transport en commun De Lijn a transporté 551 millions de voyageurs, un chiffre équivalent à l'année précédente.

Par ailleurs, le système d'échange de plaque d'immatriculation des voitures contre un abonnement pour les transports en commun a également rencontré un vif succès. Le Tec, qui annoncera ses chiffres dans le courant de la semaine prochaine et dont le système a été mis en place en mars 2006, avait dépassé les 10.000 abonnements gratuits en échange de plaques en 2010. Chez De Lijn, ce chiffre s'élevait à 8.117 plaques remises en 2011 (depuis octobre 2002).

Quant à la prime bruxelloise Bruxell'Air, 7.048 citoyens bruxellois avaient radié leur plaque d'immatriculation en 2010 depuis l'introduction de la mesure en octobre 2006. Quelque 70 % d'entre eux optent en général pour l'abonnement MTB (Stib, De Lijn, Tec et SNCB) au lieu de la prime vélo (en plus de l'abonnement Cambio Start). Environ 90 % n'effectuent que la simple radiation de leur plaque et non la destruction de leur véhicule.

4. Le parc automobile "vert"

Depuis 2000, les véhicules hybrides et électriques prennent tout doucement de l'ampleur dans le parc automobile belge, en raison de la hausse continue des prix des carburants, selon les chiffres communiqués mardi par la Fédération belge de l'industrie de l'automobile (Febiac) à Belga.

Le parc automobile belge (comprenant uniquement les voitures de particuliers) comptait, au 31 décembre 2011, 39,96 % de voitures essence (1.980.883), 61,93 % de voitures diesel (3.319.086), 0,56 % de voitures équipées d'un moteur LPG (29.979) et 0,54 % d'autres véhicules (hybrides, électricité, etc.), selon les chiffres de la Febiac.

Dans l'ensemble, l'immatriculation des voitures neuves "vertes" a augmenté depuis les années 2000. En 2005, 0,1 % (471) des voitures immatriculées en Belgique étaient hybrides, contre 0,7 % (3.877) en 2010, tandis que les voitures LPG ont connu des hauts et des bas, comptabilisant 934 immatriculations en 2000 et 244 en 2010, stagnant quasi toujours à 0,1 % du total des immatriculations en moyenne.

En 2010, 86 voitures équipées d'un moteur électrique ont été immatriculées, contre 5 en 2000.

Les véhicules essence ont quant à eux diminué (passant de 43,5 % pour 223.981 véhicules en 2000, à 23,3 % pour 127.396 véhicules en 2010), tandis que les voitures au diesel ont augmenté (de 56,3 % à 290.284 en 2000, à 76 % à 415.744 en 2010).

Par ailleurs, surtout en raison de la suppression de l'éco-prime à partir de janvier 2012, les voitures neuves rejetant peu de CO2 (inférieur à 115 grammes par kilomètre) ont connu une évolution des immatriculations spectaculaire en décembre dernier. Plus de 30.000 véhicules de ce type (de société, d'indépendants et de particuliers confondus) ont été immatriculés ce mois-là, contre quelque 17.000 en janvier 2011 et près de 12.000 en janvier 2012.

Signalons au passage que ce sont deux véhicules électriques avec prolongateur d'autonomie, l'Opel Ampera et la Chevrolet Volt, qui ont été élus "Voitures de l'année 2012" lundi.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires