La FGTB menace de bloquer l'entrée du parc Walibi en raison d'un conflit social interne

15/06/16 à 16:53 - Mise à jour à 16:53

Source: Belga

(Belga) La FGTB Horval a menacé mercredi de bloquer l'entrée de Walibi durant l'été prochain en raison d'un conflit social interne à l'entreprise. Le syndicat socialiste reproche à la direction du parc d'attractions de Wavre d'avoir licencié son délégué au lendemain des récentes élections sociales sans motif et sans respecter la procédure légale, et dénonce la volonté de Walibi d'empêcher définitivement tout accès à l'entreprise à la FGTB.

La FGTB menace de bloquer l'entrée du parc Walibi en raison d'un conflit social interne

La FGTB menace de bloquer l'entrée du parc Walibi en raison d'un conflit social interne © BELGA

Le syndicat déplore avoir subi de nombreuses attaques de la direction mais également de la CSC durant les mois qui ont précédé les élections sociales, lors desquelles il a obtenu un mandat au conseil d'entreprise et un autre au Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT). Le candidat socialiste élu a pourtant été licencié quatre jours après le résultat de ce scrutin. "Malgré de nombreuses tentatives de conciliation, Walibi refuse de réintégrer notre délégué empêchant ainsi définitivement tout accès à l'entreprise" au syndicat socialiste, fulmine Michaël Herbots, secrétaire permanent de la FGTB Horval, qui parle d'attitude arrogante et d'une "chasse à la FGTB". Des négociations ont également eu lieu le Groupe Compagnie des Alpes, auquel appartient le parc d'attractions wavrien. Elles ont cependant abouti au même résultat. "Tous sont conscients des enjeux et ont pourtant pris la décision de ne pas réintégrer notre délégué", constate-t-il, affirmant que la direction "n'hésite pas à payer pour se débarrasser" de son organisation syndicale. Le syndicat socialiste menace dès lors de bloquer l'entrée du parc à plusieurs reprises cet été durant toute une journée et de façon aléatoire. Le secrétaire général de la FGTB Marc Goblet s'est lui-même saisi du dossier et a interpellé, sans succès, le Premier ministre et bourgmestre de Wavre Charles Michel et le ministre de l'Emploi Kris Peeters sur cette situation. (Belga)

Nos partenaires